Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

carnet de bord

Distance... quand tu nous tiens...

23 Novembre 2012, 05:34am

Publié par Nous en Argentine

ça fait un sacré bout de temps que je n'écris pas sur le blog… ici, la vie continue avec de la chaleur. Cette semaine a été assez "torride" car le thermomètre a affiché plusieurs fois les 37° allant parfois même à un peu plus de 38°. Il a fait chaud, c'est certain!

On a, heureusement, la clim' à l'étage (dans notre chambre et celle des enfants), en bas un ventilateur qui brasse l'air chaud et le rythme de vie se modifie et s'adapte aux aléas climatiques. C'est à dire entre 13h et 17hs les activités sont réduites et on s'éloigne de l'extérieur.

Je viens de faire un tour sur le blog et cela fait depuis le 7 novembre que je ne poste rien et j'en suis vraiment désolée. ça fait un bail! (pour l'information, ce que j'ai trouvé à ce sujet : lien ).

Que dire de ce petit mois de novembre?

Il fait chaud, je viens de vous le dire.

Les travaux chez mes parents avancent mais à un rythme extrêmement lent et les conflits avec la voisine restent d'actualité. Ce n'est pas prêt de se terminer car toutes ces démarches sont lentes et compliquées. Cependant, dans cette histoire, l'architecte qui est venu mesurer confirme que nous n'avons effectivement pas empiété sur la voisine.

Le 14 novembre, nous avons eu une bonne nouvelle. Une excellente, plutôt. Monsieur S. était vraiment content de l'arrivée d'une petite puce dans la famille. Il a même appelé la France pour prendre des nouvelles. On félicite par ce biais les heureux parents!! Bon courage et goutez aux beautés de la parentalité!

La santé quand tu nous tiens… j'embrasse fort ma grande amie pour ce qu'elle vient de subir et de passer. Pas facile de se confronter à ces maladies de m**** Aujourd'hui le panorama est positif mais il faut rester vigilant. Bises à tous les deux!!! Fuerzas y ánimos para seguir construyendo! Los quiero mucho!!

On aurait aussi, moi et Monsieur S., bien voulu claquer des doigts et se télétransporter vers Grenoble pour accompagner des personnes qui nous sont chères, les embrasser et leur dire qu'on les soutient malgré cette distance qui n'est pas toujours facile à gérer. Monsieur S. était tout particulièrement ému.

C'est dans tous ces évènements qui font à la vie de tous et de chacun que la distance se fait particulièrement sentir. Pas que les beaux mais aussi les durs aussi. C'est cela d'ailleurs qui nous a fait changer de continent. Pendant 4 ans et demi, j'ai appris (ou pas) à gérer la distance avec l'Argentine et maintenant c'est avec la France qu'il faut apprendre… C'est à travers les photos, les messages, les petits mails rapidement envoyés, les détails insignifiants que la distance se fait moins sentir. C'est un peu pour ça que j'écris ce blog. Pour essayer de raconter les broutilles et les petites anecdotes de notre vie afin d'être un peu plus près, un peu moins loin.

En ce qui concerne les enfants, que dire?

Petit Bonhomme raconte de plus en plus ces journées à la crèche. Il s'y plait et il a des copains. Une copine surtout. Sofi. Elle a un an de plus et c'est une vraie piplette! Sinon il a son meilleur copain qui s'appelle Constantino mais qu'ils appellent Coco. Sa "seño" (c'est comme cela qu'on appelle les maitresses qui vient de señorita qui veut dire mademoiselle) s'appelle Romina et il l'adore. Elle est gentille et tendre.

Il parle de plus en plus l'espagnol, il mélange de plus en plus les mots donc ces phrases sont un peu plus compliquées à comprendre mais sont très rigolotes. Il s'invente beaucoup d'histoires. Il aime créer des aventures. En ce moment, il se rappelle de sa sortie en bateau avec Tio Nico et il transforme le "capapé" (sa version de canapé) en un grand et énorme bateau. Il est le capitaine pendant qu'il donne des ordres à sa petite sœur, mousse en herbe, qui se trouve derrière lui.

Il a pris goût à un cahier d'exercice que Babou lui a offert et il sait déjà que son prénom commence par un E. Il arrive à retrouver les lettres. Avec ces grosses chaleurs, Petit Bonhomme a trouvé son jeu. Il prend le tuyau d'arrosage et passe l'après-midi à jouer avec l'eau. Il travaille pour Béla en arrosant les plantes selon lui et il nettoie la terrasse.

Les moustiques argentins paraissent affamés donc il a été littéralement dévoré. Pour ce faire et malgré des tonnes d'anti-moustiques, nous avons choisi de fabriquer des moustiquaires à placer au dessus des lits. ça va être plus efficace que se badigeonner de produits.

Mademoiselle E a 21 mois, c'est-à-dire 1 ans et 9 mois. Elle marche, elle rigole et elle a toutes ses dents (en fait, non! elle n'a pas encore ses canines mais les pointes sont apparues il y a quelques jours). Elle a toujours sa belle mais rebelle chevelure bouclée. De plus en plus bouclée, d'ailleurs. Je n'aurais jamais imaginé avoir une fille au cheveux si bouclés mais, vu les antécédents familiaux, des deux côtés, ce n'est pas illogique.

On commence à la connaître… je veux dire avec ça que connaître son enfant ce n'est pas automatique, ce n'est pas immédiat et en plus, ça change tous les jours. Mademoiselle E est très timide mais très câline. Elle ne s'ouvre pas dés le début comme Petit Bonhomme. Elle observe puis c'est plus tard qu'elle commence à sourire pour se fondre dans des câlins. Avec nous, les parents, elle fait savoir sa colère. Elle est capricieuse et veut tout ce que son frère a ou fait. Elle est en train d'apprendre ce qu'est la frustration. Elle ne la vit pas bien du tout. Cependant, si nous ne sommes pas là, les choses sont extrêmement faciles avec elle. Elle est gentille, souriante et câline. Avec les autres enfants, elle est encore et toujours très timide. Elle reste en retrait, elle sourit depuis son petit coin rassurant et elle "participe" lointainement. Elle ne se laisse pas faire pour autant et fait savoir qu'elle est là tout de même.

Elle ne parle pas beaucoup mais comme a dit mon oncle il y a quelques jours, elle se fait comprendre quasiment mieux que son grand-frère. Elle dit merci et s'il te plait. Et aussi, à sa manière très particulière "egue" qui veut dire de l'eau. Elle adore les pâtes et pas trop la viande. La purée de pommes de terre est dévorée mais la salade de pommes de terre est rejetée. C'est la même chose mais c'est pas pareil !!!

Elle nous refait de la toux pendant la nuit donc on va la faire voir par un spécialiste. C'est un pédiatre allergologue mais c'est vrai que c'est pénible ces rhinites à foison qui empirent la nuit. Rien de bien méchant et assez courant chez les jeunes enfants mais c'est nos nuits et les siennes qui en pâtissent.

On verra bien…

Avec ces quelques nouvelles, on en demande encore et toujours. N'ayez pas peur de nous faire parvenir des photos et de nous raconter vos "misères et victoires". On vous embrasse.

PS Manou, tu nous manques!!!

Lire la suite

Photos et dernières anecdotes

7 Novembre 2012, 04:03am

Publié par Nous en Argentine

Salut à tous!! Nous sommes mercredi. Il est très tôt en Argentine (ou très tard). Comme très souvent, je me réveille et impossible de me rendormir. J'en profite donc pour actualiser ce carnet de bord cybernétique qui nous lie à la France.

Mademoiselle E. est encore malade. Les quintes de toux sont au rendez-vous (comme d'hab'!), laryngite puis tous grasse qui se transforme en otite qui après coups, devient gorge inflammée et ainsi de suite... (ainsi va la vie?)

Dans cette galère des voies respiratoires de notre fille, nous en avons vu des pédiatres! (je vous dois encore et toujours un billet sur la medecine que nous avons expérimenté qui ne saura pas tardé). 4 pédiatres différents car, à chaque fois, on va a la garde (urgences?) et c'est donc un médecin différent. Cette dernière fois nous avons fait connaissance de la pédiatre qui va suivre nos bambins. Il faut un médecin qui les suivent pour ainsi mieux les connaître et donc, mieux prendre en charge leurs "bobos".

Demain, nous avons encore un contrôle. On verra bien ce qu'elle en dit mais il y a, très probablement, un cadre allergique qui s'accentue avec l'environnement de Cordoba. On espère que ce n'est pas une allergie aux acariens parce que cela signifie la galère...

Changeons de sujet. Petit Bonhomme. Lui, il va bien. Toussote mais rien de méchant. Ce qui est vraiment mignon c'est son passage vers l'espagnol qui chamboule. Hier soir, au dîner, nous avions du "Dulce de Batata" (Confiture de Patate Douce = dessert plus que traditionnel en Argentine) et Petit Bonhomme a formulé une phrase peu compréhensible dans un fransugnol bizarre que je n'arrivais pas à dechiffrer. Le mot de la discorde était "compartir" que j'entendais comme partir et je ne voyais pas le lien d'un possible départ avec le dessert à la patate douce. C'est Monsieur S. qui a réussi à dechiffrer la phrase qui demandait de "partager" un morceau de dulce de batata. (pour comprendre: compartir est le verbe en espagnol pour partager)

Changeons à nouveau de sujet. Monsieur S. Lui ça va aussi même s'il a un peu de toux également et un mal de gorge persistant (maudite clim'). Les choses avancent bien. Il a repris des contacts et ça va bouger. Ce mardi a été un bon jour! Malheureusement, en ce qui concerne notre recherche de boulots, nos temps ne sont pas les mêmes que celui des autres ni celui de l'Argentine. Il faut savoir être pacient et ne pas céder à l'anxiété. Cependant, ça promet! Je donnerai plus d'infos le moment venu...

En ce qui me concerne, ce n'est pas encore le rush mais j'ai des idées dans la tête (ça bouillonne!). Il faut que j'arrive à les mettre en forme. Par ailleurs, je continue à me mettre dans tous les congrés, séminaires et autres activités pour connaître du monde, pour recréer un réseau. D'ailleurs, ce jeudi, j'en ai un autre...

J'ai fait des photos ces derniers jours donc je vous les transmets... On vous embrasse!

Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes

Lire la suite

Bienvenue Novembre

2 Novembre 2012, 12:30pm

Publié par Nous en Argentine

Bienvenue Novembre

Bienvenue novembre...

Nous voilà en Novembre, onzième mois de l'année 2012... Je vais essayer de faire plus court dans mes prochains billets car il est vrai que j'écris un peu trop long (quoique c'est mon style, celui de toujours mais je vais faire un effort ;p).

Avant de commencer ou de continuer, je veux spécialement dédier ce post pour féliciter F.R. pour toutes ses victoires obtenues, superbement méritées. Tu seras une tendre infirmière puéricultrice, passionnée et aguerrie. On te le souhaite et on sera à tes côtés comme tu l'es pour nous. Toi et tes parents sont des personnes très chères à nos yeux. On t'adore!!

Bon, après ce petit intermède, que dire? Mademoiselle E. a eu droit à nouveau à des antibiotiques. Sa toux n'avait pas bien guérie au début donc le docteur a changé de drogue et ça va beaucoup mieux (je ferai un post sur la médecine argentine car c'est très différent de nos expériences françaises). Demain on a justement un contrôle.

Petit Bonhomme va bien. Il commence vraiment à parloter l'espagnol. Il a des mots français "espagnolisés". Par exemple "chevala" ou "portaya" (de portail). Il doit croire que ce n'est qu'en rajoutant un A qu'on obtient le mot espagnol. Toutefois aujourd'hui il a demandé quelque chose avec les bons mots cad "me lo prestas?". C'est rigolo et beau à entendre...

À la crèche, tout va bien. Petit Bonhomme a une copine Sofi et ils vont faire les photos de classe la semaine prochaine. Pour Mademoiselle E, aussi, tout va bien. Comme je suis très amie avec la Directrice/propriétaire, il paraît qu'ils ont droits à des câlins extras :p

En ce qui concerne des questions bien moins agréables, la voisine a fait, il y a quelques jours des réclamations sur les travaux entrepris. Pour ceux qui ne sont pas au courant ou ont oublié mes parents ont fait faire des agrandissements (surtout pour nous recevoir) dans leur maison. Dans cette discorde, quelques centimètres sont en jeu. Ma maman, grande diplomate a essayé d'arranger les choses mais la femme a, sans préambules, fait recours à la justice. Monsieur S. a beaucoup aidé mes parents et a pris les cotes afin de faire un plan propre et correct pour toute cette malencontreuse affaire. Monsieur S. est un grand pilier. Surtout qu'aujourd'hui la journée a été lourde en émotions pour ma maman. En effet, aujourd'hui, nous avons eu les derniers résultats médicaux de sa maladie. Franche amélioration du cadre selon les docteurs. Ma mère reprend le travail et la suite du traitement sera déterminée par l'oncologue de Buenos Aires. ça fait du bien d'entendre de bonnes nouvelles mais ce n'est pas fini, la guerre continue!

Pendant que les légumes cuisent au four, j'ecris sur ce blog afin de tenir au courant toutes les personnes que nous avons laissé là-bas de l'autre côté de l'océan et c'est, surtout pour moi, le moyen de vous faire partager notre vie, la plus quotidienne possible, celle que nous vivons. C'est un moyen de vous faire partager les minuscules détails de notre vie pour être moins seuls, pour accompagner… Je ne perds pas espoir que Monsieur S. écrive un jour mais je ne rêve pas trop non plus. Je crois que Petit Bonhomme sera le premier collaborateur de ce blog, lol… Enfin, aujourd'hui il fait chaud et beau et la vie en Argentine continue. Merci pour les nouvelles, on en voudrait toujours plus mais bon…

Un gros bisou spécial pour Adeline, Jean-No et Nolwenn et leur flambante acquisition (on vous écris bientôt c'est promis!), un énorme "beko" pour le prodige qui du haut de ses 1 ans doit émerveiller ses parents Perrine et Dany, une pensée spéciale à Anne-Marie H. pour lui dire que je lis son livre en ce moment et que je suis toujours aussi touchée de son affection. Hasta pronto!!!! A très bientôt!

Un petit partage musical... Faîtes de même!!! La bise!

Lire la suite

Semaine du 15 au 21/10

20 Octobre 2012, 07:13am

Publié par Nous en Argentine

Les jours sont plus agréables maintenant que l'hiver s'éloigne. Il fait encore froid le matin, même très frais. L'amplitude thermique est une particularité de Cordoba. Il fait 10° le matin pour en faire 30 l'après-midi… Pas facile pour le corps! Résultats: Mademoiselle E a frôlé la bronchite, après c'est moi qui suit passé par la case angine et Monsieur S me suit au pas car ça y est, les plaques blanches ont poussées dans sa gorge donc ce matin, samedi 20 octobre, nous allons voir le medecin qui va lui administrer de l'amoxicilline ou un équivalent à prendre deux fois par jours pendant une bonne semaine.

Que s'est-il passé cette semaine? Pas évident de s'en souvenir mais je vais faire un effort… Esteban a eu sa première sortie scolaire jeudi. Ils sont allés visiter une ferme en bus scolaire, vêtus de leur uniforme vert et orange. Emilia n'y est pas allée car il fallait qu'un adulte accompagne et j'avais beaucoup de choses à faire (les démarches administratives continuent…).

Le jour d'avant, mercredi, en allant acheter les derniers éléments pour les gouttières de la maison, pendant une discussion houleuse (tendrement, gentiment mais passionnément) entre moi et Monsieur S. il a eu la malencontreuse idée de continuer tout droit dans sa marche quand je me suis apprêtée à tourner ce qui a produit un choc frontal et douloureux de mes orteils sur la grosse pointure 46 de Monsieur S. La douleur a été épouvantable et j'ai réussi à retenir mes larmes par un miracle inouï. Je ne me suis rien cassé mais l'hématome est bien présent, ainsi que le gonflement et la douleur.

Malgré ma démarche boiteuse donc ridicule, je marche tout aussi bien et Monsieur S a tout de même terminé l'installation des gouttières qui ont permis, hier vendredi, à écouler l'eau de la pluie. Ce mois d'octobre, en ce qui concerne les précipitations, est comme je crois vous en avoir parlé auparavant inédit car cela faisait longtemps qu'il ne pleuvait pas autant. Ce sont les récoltes (et les agriculteurs) qui vont être contents.

Mardi ou mercredi, j'ai pris connaissance de plusieurs conférences, workshops et autres activités en relation avec le design et le marketing. Donc je me suis inscrite sans hésiter car, en plus, elles sont gratuites et me permettront de voir de plus près les nouveautés, les débats actuels et les regards locaux sur des sujets qui changent à grande vitesse. Je suis déjà inscrite pour 3 jours de conférences la semaine prochaine. ça fait toujours plaisir de voir ses neurones se remettre en mouvement…

En ce qui concerne la recherche d'emploi de Monsieur S. il n'y a encore rien de concret. Les temps argentins ne sont pas toujours ceux que nous voudrions mais, de toutes les manières, les perspectives continuent positives. Monsieur S. a beaucoup de choses à voir et à comprendre. Ce n'est pas rien un tel changement de vie. Il change de pays, de langue, de rythmes, etc… il ne faut pas rentrer dans le tourbillon de l'anxiété. Bien sûr, c'est facile à dire…

Monsieur S. a tout de même eu un entretien hier, vendredi. On ne sait pas pourquoi mais beaucoup des entretiens se font par skype ou téléphone… vous souvenez-vous de nos commentaires sur skype dans un billet précédent? Pauvre Monsieur S. déjà qu'il stresse avec le vocabulaire castellano, en plus si on lui rajoute les aléas de la communication cybernétique… De toutes les manières, ça s'est bien passé. On verra bien, rien est fait… On vous tiendra au courant, bien sûr…

Ce weekend, on va essayé de pouvoir faire un tour sur la piste d'automodélisme pour que Monsieur S puisse se défouler un peu. Je prendrais des photos (il faut que je m'y mette aux phots, je sais!). Le club de modélisme n'a pas un très bon management ni organisation. Il faut qu'on arrive à deviner quand ils vont ouvrir la piste. Il leur faut une bonne dose de publicité afin d'attirer plus de monde… Je vais peut-être m'y mettre :p

Les adeptes qui ne sont pas très nombreux ni très constants dans leur pratique est un public très aisé donc il est assez intéressant de les côtoyer plus sérieusement afin de se faire un bon réseau d'amis et de connaissances. En plus, Monsieur S. s'est mis aux voitures 1/8è en plus de ses deux 1/5è qu'il avait déjà. On verra bien…

Sinon ce soir, on a une soirée entre potes qui débute avec un dîner puis peut-être une sortie "mouvementée" plus tard. Cependant, étant des parents de jeunes enfants qui se réveillent à l'aube ou presque, ce n'est jamais évident de se permettre ses sorties. On verra bien…

Dimanche prochain, c'est-à-dire demain 21 octobre, c'est un dimanche très spécial en Argentine car c'est la fête des Mères. Ici, ce n'est pas une date de plus. Elle est importante pour les familles qui se réunissent avec leurs mamans. Evidemment, mon frère (qui est un grand adepte des traditions familiales) fait le déplacement depuis Rio Cuarto où il vit pour voir la famille. On en profitera pour réunir les cousins! Il va falloir prévoir un repas spécial et je crois que ce sont les lasagnes qui vont gagner…

On vous tient au courant et on vous embrasse. A+

Lire la suite

un week-end de trois jours et autres histoires...

10 Octobre 2012, 05:12am

Publié par Nous en Argentine

Aujourd'hui nous sommes lundi 8 octobre, c'est un jour ferié en Argentine. En fait c'est le 12 octobre mais ils l'ont passé à aujourd'hui pour avoir un week-end de trois jours et favoriser le tourisme.

Pour l'anecdote, cette date célèbre l'arrivée des espagnols sur le continent marquant la naissance d'une nouvelle identité produit de la rencontre et fusion des peuples originels du continent américain et les colonisateurs espagnoles. Elle a été instituée en 1917 sous le nom de Fête de la Race, nom légèrement vilain et inapproprié. Malgré de nombreuses intentions de changer le nom de cette célébration, ce n'est qu'en 2007 que Mme Fernandez de Kirchner, l'actuelle présidente argentine, a réussi à le modifier en Journée du Respect de la diversité Culturelle.

Donc, qui dit long week-end, dit voyage… mais comme il est difficile pour nous de voyager, c'est mon oncle José, sa femme Silvina et leur jeune garçon Gastón qui ont fait le déplacement. Gastón a quasiment le même âge que Petit Bonhomme. Il est blond, cheveux bouclés et la voix très aigüe. Il adore se faire des copains donc les deux bonhommes ont été collés un à l'autre pendant tout le week-end. Ils jouaient sur le canapé à faire des chutes de toboggan, des luttes et des sauts un peu partout. Ils discutaient énormément malgré le fait de ne pas parler la même langue. Ils avaient l'air de se comprendre. Ce qui est certain c'est qu'ils ont adoré être ensemble.

Il a été difficile de profiter pleinement du week-end car il n'a pas arrêté de pleuvoir. Le printemps 2012 est étrangement froid et humide. J'ai un peu de mal à habiller les enfants car je prévoyais des températures d'été mais il n'a pas l'air de vouloir s'installer. Il faut être optimiste et se dire que ça va venir!!

Nous sommes allés au Musée des Enfants Barrilete (qui veut dire cerf-volant) qui prétend être un espace d'apprentissages ludique et les intentions sont excellentes mais le manque d'argent est notoire. Pour nous, qui connaissions la Villette, nous avons été un peu déçu. Cependant, les enfants, surtout Petit Bonhomme et Gaston en ont profité. Ils ont adoré faire des bulles de savon géantes, des découvertes dans le sable, des dessins en reliefs, etc… Mon père, avec son humeur divin (ironique, très ironique) n'arrêtait pas de râler donc il est parti en face boire un café. Il est spécial le paternel!!

Et il pleuvait encore!! Monsieur S se remémorait les mois pluvieux d'octobre à Bordeaux…

Nous avons, pendant ce week-end en famille, beaucoup mangé. Avec la pluie incessante, on a pas trop le choix en question d'activités donc on mange. On a beaucoup mangé. Tant qu'a faire…

Aujourd'hui, toute la tribu familiale repartie chez eux, nous sommes allés à une "parrillada" (restaurant de barbecue de viande) où on s'est régalé avec des chorizos, matambre, vacio, molleja, costilla, c'est-à-dire pleins de morceaux différents de viande, à volonté. C'était divin!

Les enfants sont les bienvenus dans les restaurants en Argentine et c'est un truc génial quand on est parents de deux enfants en bas âge! Donc on a profité sans stress d'un bon repas. Sur la table d'à côté, une grande famille était installée et il y avait un petit garçon de l'âge de Mademoiselle E donc nos deux enfants ont joué avec ses jouets sans discussions. Quand j'ai dit à Petit Bonhomme de rendre les jouets, il y est allé sans inconvénients, sans pleurer, et il a même dit Merci (quoique maintenant il commence à dire gracias avec un fort accent français).

Après le repas et une glace au centre commercial, nous sommes rentrés à la maison pour nous reposer. On était tous très fatigués et en plus, Mademoiselle E commençait à avoir de la fièvre.

Il faut savoir que la demoiselle est malade depuis la semaine dernière. Jeudi, nous sommes allés chez le docteur car elle toussait énormément la nuit réveillant toute la famille. Ce n'était que respiratoire donc il fallait faire de sérieux lavages de nez et puis quelques gouttes de corticoïdes. Cependant, les choses ont évoluées et elle tousse beaucoup plus souvent et elle vient de vomir avant de s'endormir. Donc demain on retourne chez le docteur et je crains que ce sera l'antibiotique ou équivalent car le cadre ne s'est pas du tout amélioré. On verra bien…

En parlant de Mademoiselle E, je dois dire qu'elle est terrible et que ses boucles sont de plus en plus marqués. Elle a de grosses joues et elle mange énormément. On lui a réduit un peu les repas et les gouters car elle avait l'air de vouloir grossir. Sinon elle est très grande, bien plus grande que le reste des petites filles de son âge. Elle est impulsive, râleuse et un poil capricieuse mais elle est terriblement intelligente, câline et rigolote.

Pour rajouter des histoires médicales, maintenant c'est moi qui est une angine qui devient un peu plus sérieuse. J'attends voir l'évolution avant d'aller voir le médecin. Si c'est viral, du té au citron, du miel et un peu de bicarbonate ça devrait faire l'affaire. Sinon j'aurais droit aux antibios garantis. L'inconvénient majeur c'est que je hais le miel!

Je vous tiendrai au courant!! Hasta pronto!!

(PS Pour voir les photos, il y en a plusieurs! C'est un diaporama... c'est attendre ou sinon je crois qu'il y a la possibilité de se déplacer dans chacune)

un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...

Lire la suite

Le gros pavé d'octobre

8 Octobre 2012, 22:57pm

Publié par Nous en Argentine

Un mois déjà que nous avons atterri en terres argentines… On s'adapte tranquillement à un pays très occidental mais très "latino" avec des coutumes très "gauchas" et un regard sur le monde très particulier.

Un mois déjà et pas mal de choses ont été résolues. Il fallait bien! Il ne s'agit pas d'une excursion touristique. Donc ainsi on peut dire:

- La mutuelle c'est OK.

- L'école d'Esteban c'est OK.

- Les papiers de résidence permanente (pour Monsieur S et les enfants)  c'est pas encore OK.

- Premiers contacts avec des argentins qui partagent la passion de Monsieur S c'est aussi OK.

- Les travaux chez les parents c'est pas encore OK.

- Premiers contacts professionnels pour moi c'est OK.

 

Ce sont de nombreuses petites anecdotes qui construisent notre quotidien. Difficile de les retransmettre avec régularité mais on essaye…

 

- MUTUELLES :

Pour la mutuelle, nous avons pris DASPU, une "obra social" qui appartient à l'Université National de Cordoba. C'est une très bonne mutuelle et pas si chères que les autres. Heureusement car la santé est un petit luxe dans ce pays. Cependant, avec les dernières lois de l'actuel gouvernement, les gens oubliés d'autre fois, c'est-à-dire les pauvres, immigrants et autres ouvriers non qualifiés peuvent prétendre à une couverture de santé. Les entreprises aujourd'hui doivent accepter toutes les personnes qui viennent les solliciter sans tenir compte de leurs revenus, de leur condition sociale, de la couleur de leur peau, de leur identité, de leur état de santé, de quoique ce soit. C'est une avancée importante en Argentine.

 

- ECOLE PETIT BONHOMME :

Et oui, nous avons trouvé une école pour Petit Bonhomme. L'année scolaire en Argentine est décalée par rapport à la France. Comme les saisons d'ailleurs. En France, c'est un peu avant l'automne que les classes commencent , ici c'est pareil mais l'automne commence en mars donc la rentrée de Petit Bonhomme est début mars. La salle de 4 ans ("salita de 4") est devenue obligatoire très récemment donc les parents ont pris d'assaut toutes les écoles, pas complètement préparées à ce changement, donc les places en maternelles sont encore plus rares que de coutume. L'école en question s'appelle Escuela Nueva Juan Mantovani, et c'est, d'ailleurs, là où j'ai travaillé 4 ans donc ils ont fait de la place spécialement… Heureusement! Il ne nous reste plus qu'à faire faire l'uniforme et aller aux réunions de parents en décembre et février. Pour Mademoiselle E , elle restera dans le jardin d'enfants de mon amie qui n'est pas très loin et qu'elle connait déjà car cela fait plus deux semaines que nous les avons mis à la crèche. 

 

- RESIDENCE DE LA FAMILLE :

Les papiers de résidence de la famille. Nous voilà dans un sujet un peu barbant. Dans tout le monde, tout ce qui concerne l'administration et les démarches de papiers c'est jamais évident, jamais intéressant, toujours ennuyant. Notre cas n'est pas une exception.

En résumé, je suis le lien avec l'Argentine donc mes enfants seront résidents permanents parce que je le suis et Monsieur S le sera car il est le papa des enfants. Plus tard, je solliciterai la nationalité argentine car je suis fille d'argentins et je ferai de même avec les enfants et c'est grâce à eux que Monsieur S aura la nationalité. Ce n'est pas forcément essentiel  ni nécessaire d'avoir la nationalité toutefois si Monsieur S désire partir travailler au Brésil ou tout autre pays du Mercosur, ça lui facilitera énormément les choses. Donc…

En ce qui concerne les démarches administratives, il faut savoir une particularité bien argentine : Ils adorent faire la queue! (c'est ironique mais un peu vrai aussi).

 Il faut faire la queue un peu partout pou un peu n'importe quoi.

Pour initier le dossier de demande de résidence, Monsieur S devait présenter un Certificat d'antécédents judiciaires en Argentine.

Pour ce faire, il fallait faire la queue dans un ministère, prendre un numéro pour remplir un formulaire que nous devions présenter, après une longue file, à la banque (à 600 mètres de là) où nous allions payer pour revenir au ministère, plus tard, présenter l'attestation de paiement pour refaire la queue afin de s'adresser à une employée qui allait prendre les empreintes de Monsieur S et qui nous a, quelques minutes plus tard, donner les informations pour télécharger le document le lendemain sur internet. Internet a simplifié énormément les choses mais ce n'est pas encore bien rodé tout ça.

 

Après nous avons pris un rendez-vous par internet pour initier la demande de résidence car nous avions tous les papiers sollicités. On nous donne le rdv une petite semaine plus tard vers 9hs du matin (ça change de mon vécu où c'était à 4 heures du matin avec une file d'attente longue d'une petite centaine de mètres) et malgré le monde, le rythme est fluide et c'est bientôt notre tour. Monsieur S doit refaire une prise d'empreintes qui se fait en moins d'une minute. Ce n'est plus avec l'encre mais un truc au laser qui sonne quand c'est ok.

Plus tard, c'est la surprise car il faut aussi les empreintes des enfants! mmmm… ça va pas être facile cette histoire.

 

Petit Bonhomme fait une grimace qui nous prédit le calvaire et la dame, avec un ton sévère, nous informe que si ce n'est pas fait dans les règles de l'art, il n'y aurait pas de carte d'identité! Sympa Madame mais on fait comment? Conclusion : Petit Bonhomme n'a jamais vraiment voulu malgré tous nos prétextes ou astuces. C'est par la force que nous avons pris les empreintes du fils avec un concert magnifique de pleurs et cris. Un inoubliable moment pour nous, les parents!

Mademoiselle E est trop petite donc nous devons revenir dans deux ans pour prendre les empreintes. Je me demande bien à quoi ça sert les empreintes de mineurs! Mais bon, c'est comme ça.

Après tout ce tintamarre et ces scandales, nous arrivons au bureau du monsieur chargé de notre dossier. Il révise soigneusement tous les papiers mais c'est pas bon. En effet, l'attestation de bonne conduite fourni par la France n'est pas traduit par un traducteur de Cordoba et il n'est pas certifié par le Collège de Traducteurs et de plus, il faut fournir la photocopie du passeport et de toutes les pages (même les vides!!!!) donc malheureusement, nous devons revenir un autre jour. Jeudi prochain nous avons le nouveau rendez-vous. Tout à été fait comme demandé donc cette prochaine fois ça devrait être la bonne!

 

- AUTOMODELISME :

C'est la passion de Monsieur S. Elle dure depuis longtemps mais cela fait environ 2 ans et quelques qu'il se dédie vraiment à cela. Avant, il bossait aux 24 heures du Mans, après c'était l'école d'ingé donc il n'avait pas forcément le temps. Je crois que c'est en 2010 que Papa Noel lui a ramené une voiture échelle 1/5ème  et qu'il s'y ait mis à fond. Il faut dire que Monsieur S est un vrai passionné, il adore les défis techniques et il s'en invente toujours. Beaucoup considère ce hobby stupide et une perte de temps mais c'est ne pas vouloir accepter Monsieur S comme il est. C'est-à-dire un vrai passionné sans mais sans pour autant délaisser sa vie, ses enfants, sa famille ou les relations humaines.

 Aujourd'hui il a deux voitures piste 1/5ème  plus un petite 1/8ème qui a gagné plusieurs championnats français. Cela lui donne des choses à faire et des choses à chercher en Argentine. Il se ballade à la recherche de pièces et d'informations, il établi des relations avec les argentins autour de ce sujet, pas encore très développé ici. Tout le monde le regarde avec surprise et nous sommes allés le week-end dernier à la piste de Cordoba. Ils ne sont pas nombreux mais ils nous ont déjà surpris avec plusieurs particularités bien d'ici. Par exemple, préparer la piste avec de l'eau avec du sucre pour avoir plus d'accroche. C'est assez rigolo de voir les différentes visions. Ce qui m'a le plus attiré dans ce contact très sympa c'est l'esprit amical qui se perçoit.

En effet, une course était organisée dimanche. Elle devait commencer vers 11hs du matin. Cependant, pendant que certains faisaient des essais sur piste, les autres organisaient le barbecue entre copains! Un dimanche sans asado est inconcevable pour un argentin. Toutes les occasions sont bonnes pour se réunir entre amis.

Monsieur S n'a pas encore déballé ses bolides mais ça ne va pas tarder afin de pouvoir se défouler sur la piste et peut-être se faire des copains!

 

- TRAVAUX CHEZ LES PARENTS :

Comme je disais, ce n'est pas encore Ok mais ça avance. Petit à petit, très doucement mais ça avance. Mes parents n'ont pas anticipé l'ampleur des travaux entrepris mais personnellement, je trouve génial que ces modifications soient faites. La maison va devenir impressionnante après ça. Il faut être patient c'est tout. En effet, tout à commencé par un petit cagibi/atelier de 9m2 qui a donné envie à ma mère de faire l'escalier afin d'unir la chambre/appartement à l'étage avec le rez-de-chaussée.

Puis mon père, enthousiasmé, décide de refaire la salle de bain et de rajouter un bureau/chambre d'amis. Les idées sont très bonnes mais le soucis principal dans ces travaux sont les entrepreneurs et ouvriers. C'es un ami de mes parents qui est plombier qui a pris en charge le chantier mais personne ne sait vraiment travailler ou du moins pas de la manière que mon père veut les choses. En plus, Monsieur S a vu beaucoup d'anomalies qui ont obligé de refaire, de défaire et de repenser les choses ce qui a supposé prendre du retard mais au moins, maintenant, les choses sont bien faites!

L'escalier est presque fini. Il manque des bricoles mais au moins, on peut monter donc cela fait deux nuits que nous sommes installés à l'étage et le salon a repris sa fonction et sa taille normale car nos 8 valises ne sont plus entassées dans 16 m2. Les fenêtres sont bientôt installées et il faut aller chercher le wc, bidet et autres. Il faut finir la salle de bain pour éliminer la vieille salle de bain qui deviendra l'énorme placard de la chambre de mes parents. Comme vous pouvez le constater, il en reste des trucs à faire!

 

- PRESENCE DANS UN TOURNAGE :

4 ans et demi en France m'ont évidemment coupé mes liens professionnels donc petit à petit il faut les reconstruire. Vendredi dernier, José mon meilleur ami était le metteur en scène pour une pub pour la Loterie de Cordoba donc il m'a proposé d'y aller comme spectatrice et pour que les gens de l'équipe me connaissent. Ca ne m'a pas déplu car enfin chaque personne présente a un objectif clair, les rôles ne se superposent pas et le temps n'est pas perdu comme dans les productions cinématographiques pendant mes études et qui m'ont tellement dégouté que j'ai dévié mon chemin vers le design graphique. La publicité ça peut rapporter de l'argent donc j'envisage sérieusement de travailler dans la production. On verra bien au fur et à mesure. Ici il ne faut pas être structuré et borné sinon être entrepreneur et motivé!

De toutes les manières, j'ai adoré retrouver ce frénétique rythme de travail et je continue à me faire connaître. Quelque chose d'intéressant aboutira…

 

Comme d'habitude, je laisse trainer l'écriture du blog et donc je me retrouve avec pleins de choses à dire… et ça donne un gros pavé…  Prenez votre temps et n'hésitez pas à faire des commentaires, ça nous fait du bien d'avoir un contact avec la France, ça fera du bien à Monsieur S… On vous embrasse et à très bientôt pour de nouvelles aventures!

Lire la suite

Les trois cousins

23 Septembre 2012, 12:24pm

Publié par Nous en Argentine

Les trois cousins

Bonjour, Bon dimanche à tous… Je vous propose de faire un Fast Foward sur notre quotidien argentin car nous avons pris du retard sur nos compte-rendus…

Je viens de poster un article sur les malles. Oui, elles sont bien arrivées. Rangées à l'abri de la pluie et à l'attente de notre demeure définitive. Les travaux chez mes parents ne sont pas encore fini donc nous ne pouvons toujours pas monter à l'étage. Mais c'est sûr, le week-end prochain on sera en haut! (J'espère)

Notre premier week-end en Argentine, mon frère et sa famille n'ont pas pu venir à Cordoba car ils venaient d'acheter leur nouvelle voiture et ils n'avaient pas encore de plaque d'immatriculation donc c'est le week-end dernier que nous avons eu le plaisir de les revoir. Ils habitent depuis peu à Rio Cuarto (pour savoir un peu plus voilà le lien) où mon frère a été muté par son boulot. Il travaille dans la Banque de Galicia et sa femme Je est mécanicienne dentiste mais elle est au foyer en ce moment. Ils ont un petit garçon né juste un mois avant Mademoiselle E. C'est un petit brun tout mignon qui s'appelle Lautaro (juste pour information voilà un peu plus d'histoire sur le prénom). Petit Bonhomme l'appelle Talo.

Les cousins se sont réunis et ils en ont profités. Ils se sont amusés et disputés comme de bons cousins. Ils sont tellement différents que ça fait bizarre. Ils sont différents physiquement mais surtout dans leur manière d'être. Lautaro est un petit garçon espiègle, malin et farceur. Ils ne perd pas une occasion de faire le clown et de montrer ses habilités. Petit Bonhomme est le sensible qui veut toujours bien faire (même un peu trop d'ailleurs) pendant que la seule fille, c'est-à-dire Mademoiselle E, fait du charme tout en retentissant sa force et son assurance partout.

Aujourd'hui dimanche 23 septembre, c'est le deuxième week-end que les cousins se sont réunis car mon frère ne perd pas une opportunité d'être en famille même s'il faut faire des kilomètres. A nouveau, ils ont adorés être ensemble. Ils s'amusent bien. On perçoit une connexion particulière entre Mademoiselle E et son cousin. Pauvre Petit Bonhomme, des fois il est un peu écarté des jeux de ces deux bébés.

Hier, samedi, mon frère Matias nous a fait un "asado". C'est un vrai délice, de la viande à gogo, succulent et à manger sans modération. Après cela, nous sommes allés faire un tour dans un centre commercial avec des jeux et manèges pour enfants. Ils ont adorés le petit train et un jeu tout simple super rigolo où il fallait jeter des balles dans la gueule d'un hippopotame. Mademoiselle E a des gênes du papa car elle voulait absolument monter dans les autos tamponnantes mais malheureusement elle est loin de mesurer le mètre 10 qu'il fallait pour profiter de ce jeu.

Avant, nous faisions un tour dans les magasins du centre commercial et les trois enfants se tenaient de la main. Ils étaient mignons ces trois diables. Ils rigolaient de bon cœur et attendrissaient les passants.

Cette réunion de cousins demandent maintenant ranger tous les jouets éparpillés un peu partout et surtout cachés un peu partout car les plus petits (Lautaro et Mademoiselle E) ont pris une petite habitude de tout cacher. Les jouets dans le lave-linge, les briquets dans le four, les produits ménagers dans le jardin, les outils sous le canapé et ainsi de suite. Il faut absolument tenir éloigné tout objet important de ces deux bambins.

La famille de Matias vient de repartir car ils doivent voir la famille de Jesica et la maison est devenue bien vide. Cependant, le week end prochain nous les avons a nouveau de visite. On espère que l'escalier sera fini… A bientôt!!

Trois cousins... pleins de jeux en perspective...Trois cousins... pleins de jeux en perspective...
Trois cousins... pleins de jeux en perspective...Trois cousins... pleins de jeux en perspective...
Trois cousins... pleins de jeux en perspective...Trois cousins... pleins de jeux en perspective...

Trois cousins... pleins de jeux en perspective...

Lire la suite

Notre vie dans 6 malles métalliques

23 Septembre 2012, 11:20am

Publié par Nous en Argentine

Notre vie dans 6 malles métalliques

Le déménagement de nos malles a été une histoire pleines d'angoisses, de doutes, de questions et d'argent. Mais tout s'est bien passé. Quoique je savais que nous ne serions tranquilles que le jour où nos cantines métalliques seraient chez mes parents.

Avant le transfert, il fallait connaître le monde du déménagement international. Un monde à part entière qui n'a d'évident que le nom. Des choix draconiens à prendre et des budgets à respecter. Et en plus, il faut le savoir, rien n'est évident avec l'Argentine!

Pour des raisons purement financières, nous avons choisi le fret aérien. Nous avons travaillé avec Bagages du Monde. Nous avons donc commencé à entendre les mots extraterrestres de voucher, douanes, franchise, fret, packing list, export, etc… Après avoir rempli des pages et des pages de tous nos objets spécifiés, quantifiés et estimés que nous avons dû, après coup, traduire en espagnol, nous avons amené nos malles à Mérignac pour être transporté à Roissy Charles de Gaulle. Et à un certain moment, elles prendraient la route (les airs plutôt) pour traverser l'océan atlantique.

Nous avons payé la totalité du service et nous avons fait confiance. On avait pas le choix!

Le transport était arrangé mais il fallait encore résoudre les questions douanières. N'importe quel pays du monde a des lois spécifiques sur l'introduction d'objets et l'Argentine aussi bien sûr! Selon des sources informées, un simple document du Consulat argentin en France attestant ma résidence en France depuis 2008 suffisait. Mais comme je le disait auparavant, quand on parle de l'Argentine, rien n'est simple! Donc j'ai dû faire de la magie (parler des heures au téléphone t envoyer pleins de mails) car ils étaient convaincus que mon "visa" argentin n'avait plus de validité. Cependant, ils étaient dans le faux donc quelques jours avant de partir j'ai réussi à avoir ce sésame.

A cause d'un mail de Bagages du Monde qui est passé directement dans les Spams, nous n'avons su que le jour même que nos malles étaient déjà arrivées! Un peu de stress et d'angoisse plus tard, nous avons appelé l'entreprise en charge du transport c'est-à-dire Lan Cargo et là nous avons eu une petite énorme peur.

En effet, je leur demande pour nos biens personnels et mon interlocutrice demande autour d'elle et elle me réponds rapidement qu'effectivement tout était bien arrivé et qu'on les avait retiré ce matin même. QUOI!?!? Frayeur, pour ne pas dire désespoir au téléphone. La demoiselle me demande un instant et fait des recherches plus approfondies. Après quelques instants, elle rectifie ses informations. OUFF!! Nos malles sont bien là, à Cordoba, mais on ne peut les retirer que demain car elles sont au dépôt fiscal qui a fermé ses portes il y a une petite heure.

Comme d'hab'! Il faudra attendre le jour suivant.

Le lendemain, on va chez Lan Cargo, à côté de l'aéroport de Cordoba. Il nous font payer une somme supplémentaire (ô surprise pour nous) mais nous devons attendre car leur système informatique est tombé. Ils nous conseillent aimablement d'aller au dépôt fiscal pendant ce temps pour se renseigner sur la démarche à suivre. Les agents du fisc devraient être là car leur journée commence à 9hs. Cependant, ils ne sont toujours pas là. Il n'est que 9:30! (ô surprise!).

On retourne à Lan Cargo qui a finalement réussi à facturer notre dossier et ce n'est qu'une heure plus tard que les douanes seront ouvertes. Ils nous informent que nous devons aller au centre-ville dans le bureau central pour faire valider notre "import". Après 45 minutes de bouchons, nous arrivons rue Buenos Aires n°150 et nous allons au bureau des registres de je ne sais quoi.

Un gentil monsieur nous reçoit mais une dame aux airs méchants vient poser des questions. On se rend compte que c'est la chef du secteur. Elle a un air sévère. Elle nous demande le passeport et regarde la présence d'un tampon qui n'était pas là. J'ai a nouveau peur. En effet, à notre entrée dans le pays, il fallait notifier l'arrivée de bagages non accompagnés ce que nous n'avons pas fait car nous n'étions pas du tout au courant. Là, le stress revient et je fais appel à la débrouille latino-américaine.

Je demande pour le frère de ma tante Tere. Il est responsable de secteur lui aussi. Il peut nous aider. Peut-être. Il arrive quelques secondes plus tard. Il dit que je suis sa nièce. Pas exactement vrai mais pas si faux non plus. Il explique. Il regarde. Il aide. Il discute. Et les papiers dont j'avais besoin sont dans mes mais quelques minutes plus tard. Oufff!!! Soulagement de grande taille. Nous pouvons récupérer nos malles et ce, sans payer quoique ce soit car je rentre des biens personnels après un long séjour à l'étranger.

Nous voilà reparti à nouveau pour 45 minutes de bouchons pour revenir à côté de l'aéroport. Il est 11.30 du matin. l fait beau, il fait presque chaud. On arrive à caser trois malles dans le Ford Ecosport de mon père. On pense faire l'aller-retour vu que mes parents ne vivent pas loin de là mais les employés du dépôt nous conseillent de revenir après le déjeuner car les douanes auront fermé les portes durant la pause. On accepte, on a quand même pas trop le choix. Mais à mi-chemin, je me souviens qu'il ne faut pas trop faire confiance et que nous avions déjà signé pour les malles. Tout d'un coup, je me suis vu angoissée par la possibilité de que nos malles disparaissent sans la moindre possibilité de réclamer. Je me suis fait un sang d'encre pendant la petite heure du déjeuner. Je n'avais plus confiance et craignais le pire. De toutes les manières, la chose était faite et il fallait supposer qu'il existe encore des gens honnêtes. Vers 14 heures, on retourne au dépôt et les voilà, les employés et nos malles qui nous attendent gentiment. Il y a encore des gens honnêtes et même très sympas car ils n'ont pas hésité à nous aider et à discuter avec nous. On est reparti avec les trois dernières malles qui sont chez mes parents et attendent patiemment notre prochaine demeure. La maison définitive.

On y est arrivé! Et je me suis rendue compte de la gentillesse de certaines personnes et que le système argentin n'est pas évident mais pas impossible non plus. Il ne faut pas exagérer! Monsieur S n'a tardé que quelques secondes pour ouvrir sa caisse pleines d'outils et depuis, il en profite sans modération.

Notre vie dans 6 malles métalliques
Notre vie dans 6 malles métalliques
Notre vie dans 6 malles métalliques
Notre vie dans 6 malles métalliques

Lire la suite

Nous 4 en Argentine :

20 Septembre 2012, 18:54pm

Publié par Valen Enet Molfino

Nous 4 en Argentine :
mutuelle presque OK
travaux maison des parents pas OK du tout (on est en camping encore!!)
Ecole Esteban: fin septembre
operation de la main de mon père : OK mais ça fait mal
résultat des exam de maman : la merde est encore là mais plus petite donc c un mieux
boulot : des réunions, des possibilités et des projets mais pas encore OK
Emilia aime les Oreos et Esteban raffole du "dulce de batata"
Moi je commence Acuponcture et Tai Chi avec maman. Et nous avons été dans un spa de mains et pieds on est revenues avec les pieds magnifiques!!
ça a du bon l'argentine, non?

Lire la suite

Début des démarches administratives et réception des malles

13 Septembre 2012, 07:55am

Publié par Nous en Argentine

Aujourd'hui nous sommes mercredi 12 septembre. Cela fait exactement UNE semaine que nous sommes en Argentine. Le beau temps s'est installé et le frisquet s'éloigne. Nous abordons bientôt le printemps. Chouette!!

Sinon, depuis lundi, je pique la voiture de mon père pour bouger et faire des démarches administratives. Monsieur S conduit. Il ne s'habitue pas encore qu'ici les gens font ce qu'ils veulent sans tenir compte du code de la route (code de quoi? des règles de quoi?). Il râle beaucoup, insulte beaucoup mais il commence à y prendre goût.

Enfin, nous sommes allés pour avoir un forfait local. ça y est! Nous avons notre numéro de téléphone portable argentin. Pour l'instant, nous avons pris qu'un seul forfait pour deux. Pour l'instant ça suffit amplement.

Après nous nous renseignons sur les pré-payées, mutuelles et autres organismes de santé. Tout ce qui est santé ce n'est jamais évident (même en France) donc on s'informe, on pose des questions pour savoir laquelle nous convient le plus, laquelle nous propose les meilleures prestations.

Pour anecdote et pour savoir un peu plus, le gouvernement actuel a donné un élan important dans toutes les questions sociales. Aujourd'hui, les mutuelles ont des obligations légales très fortes qui garantisse une couverture de santé rassurante et presque intégrale. Ce qui n'était absolument pas le cas avec les gouvernements neolibéraux antérieurs. Pour donner un exemple, une maladie chronique (tel que le diabètes, le hiv ou la sep) doivent être remboursée à 100% par l'organisme de santé. N'importe quel citoyen doit pouvoir être couvert en cas de maladie grave. Voilà un point très positif à souligner sur la nouvelle politique argentine.

Hier, nous avons eu la surprise que nos malles sont déjà arrivées. Elles étaient prévues pour le 14/09 selon un mail mais avec le code de tracking pour savoir où ils en étaient, nous avons appris que le chargement était arrivé depuis quelques heures. Rapidement, nous avons pris contact avec le transporteur et donc aujourd'hui mercredi ce sera une journée dédiée à nos effets personnels car nous avons pas mal de choses faire entre la facturation, dédouanement, retrait et transport jusqu'à la maison.

Nous espérons que la partie douanières ne nous réserve pas trop de (mauvaises) surprises. J'ai déjà pris contact avec un des responsables des douanes argentine à Cordoba (qui s'avère être le frère de ma tante) qui m'a rassuré et qui a d'ors et déjà prévu de nous aider. On verra bien mais c'est déjà un bon début!

En ce qui concerne l'école des enfants, nous avons une école en vue. Très bonne éducation et aussi publique. Que des avantages. Même Monsieur S a pu apercevoir la bonne réputation de l'école en question car toute les personnes à qui nous parlons, nous disent que du bon de l'école Zorrilla de San Martin. Petit hic tout de même: qui dit école publique et bonne école dit beaucoup de parents intéressés. Comme nous n'avons pas de contact là-dedans, nous devons les enthousiasmer par notre profil international. L'école veut bien sûr maintenir une réputation de haut niveau donc il faut leur donner envie de nous avoir!! Hier, nous avons prévu aller discuter avec la directrice mais après 5 minutes devant la porte qui ne s'ouvrait pas, je me suis tout d'un coup rendue compte que nous étions le 11 septembre c'est à dire le Jour du Maître/professeur d'école donc jour férié dans l'éducation! ça sera pour demain, sans faute!!!

Tant de choses à faire, beaucoup d'adrénaline mais on fait les choses sereinement donc ça plutôt bien... On en profite, quoi!!!!!

Lire la suite

1 2 > >>