Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

un week-end de trois jours et autres histoires...

10 Octobre 2012, 05:12am

Publié par Nous en Argentine

Aujourd'hui nous sommes lundi 8 octobre, c'est un jour ferié en Argentine. En fait c'est le 12 octobre mais ils l'ont passé à aujourd'hui pour avoir un week-end de trois jours et favoriser le tourisme.

Pour l'anecdote, cette date célèbre l'arrivée des espagnols sur le continent marquant la naissance d'une nouvelle identité produit de la rencontre et fusion des peuples originels du continent américain et les colonisateurs espagnoles. Elle a été instituée en 1917 sous le nom de Fête de la Race, nom légèrement vilain et inapproprié. Malgré de nombreuses intentions de changer le nom de cette célébration, ce n'est qu'en 2007 que Mme Fernandez de Kirchner, l'actuelle présidente argentine, a réussi à le modifier en Journée du Respect de la diversité Culturelle.

Donc, qui dit long week-end, dit voyage… mais comme il est difficile pour nous de voyager, c'est mon oncle José, sa femme Silvina et leur jeune garçon Gastón qui ont fait le déplacement. Gastón a quasiment le même âge que Petit Bonhomme. Il est blond, cheveux bouclés et la voix très aigüe. Il adore se faire des copains donc les deux bonhommes ont été collés un à l'autre pendant tout le week-end. Ils jouaient sur le canapé à faire des chutes de toboggan, des luttes et des sauts un peu partout. Ils discutaient énormément malgré le fait de ne pas parler la même langue. Ils avaient l'air de se comprendre. Ce qui est certain c'est qu'ils ont adoré être ensemble.

Il a été difficile de profiter pleinement du week-end car il n'a pas arrêté de pleuvoir. Le printemps 2012 est étrangement froid et humide. J'ai un peu de mal à habiller les enfants car je prévoyais des températures d'été mais il n'a pas l'air de vouloir s'installer. Il faut être optimiste et se dire que ça va venir!!

Nous sommes allés au Musée des Enfants Barrilete (qui veut dire cerf-volant) qui prétend être un espace d'apprentissages ludique et les intentions sont excellentes mais le manque d'argent est notoire. Pour nous, qui connaissions la Villette, nous avons été un peu déçu. Cependant, les enfants, surtout Petit Bonhomme et Gaston en ont profité. Ils ont adoré faire des bulles de savon géantes, des découvertes dans le sable, des dessins en reliefs, etc… Mon père, avec son humeur divin (ironique, très ironique) n'arrêtait pas de râler donc il est parti en face boire un café. Il est spécial le paternel!!

Et il pleuvait encore!! Monsieur S se remémorait les mois pluvieux d'octobre à Bordeaux…

Nous avons, pendant ce week-end en famille, beaucoup mangé. Avec la pluie incessante, on a pas trop le choix en question d'activités donc on mange. On a beaucoup mangé. Tant qu'a faire…

Aujourd'hui, toute la tribu familiale repartie chez eux, nous sommes allés à une "parrillada" (restaurant de barbecue de viande) où on s'est régalé avec des chorizos, matambre, vacio, molleja, costilla, c'est-à-dire pleins de morceaux différents de viande, à volonté. C'était divin!

Les enfants sont les bienvenus dans les restaurants en Argentine et c'est un truc génial quand on est parents de deux enfants en bas âge! Donc on a profité sans stress d'un bon repas. Sur la table d'à côté, une grande famille était installée et il y avait un petit garçon de l'âge de Mademoiselle E donc nos deux enfants ont joué avec ses jouets sans discussions. Quand j'ai dit à Petit Bonhomme de rendre les jouets, il y est allé sans inconvénients, sans pleurer, et il a même dit Merci (quoique maintenant il commence à dire gracias avec un fort accent français).

Après le repas et une glace au centre commercial, nous sommes rentrés à la maison pour nous reposer. On était tous très fatigués et en plus, Mademoiselle E commençait à avoir de la fièvre.

Il faut savoir que la demoiselle est malade depuis la semaine dernière. Jeudi, nous sommes allés chez le docteur car elle toussait énormément la nuit réveillant toute la famille. Ce n'était que respiratoire donc il fallait faire de sérieux lavages de nez et puis quelques gouttes de corticoïdes. Cependant, les choses ont évoluées et elle tousse beaucoup plus souvent et elle vient de vomir avant de s'endormir. Donc demain on retourne chez le docteur et je crains que ce sera l'antibiotique ou équivalent car le cadre ne s'est pas du tout amélioré. On verra bien…

En parlant de Mademoiselle E, je dois dire qu'elle est terrible et que ses boucles sont de plus en plus marqués. Elle a de grosses joues et elle mange énormément. On lui a réduit un peu les repas et les gouters car elle avait l'air de vouloir grossir. Sinon elle est très grande, bien plus grande que le reste des petites filles de son âge. Elle est impulsive, râleuse et un poil capricieuse mais elle est terriblement intelligente, câline et rigolote.

Pour rajouter des histoires médicales, maintenant c'est moi qui est une angine qui devient un peu plus sérieuse. J'attends voir l'évolution avant d'aller voir le médecin. Si c'est viral, du té au citron, du miel et un peu de bicarbonate ça devrait faire l'affaire. Sinon j'aurais droit aux antibios garantis. L'inconvénient majeur c'est que je hais le miel!

Je vous tiendrai au courant!! Hasta pronto!!

(PS Pour voir les photos, il y en a plusieurs! C'est un diaporama... c'est attendre ou sinon je crois qu'il y a la possibilité de se déplacer dans chacune)

un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...
un week-end de trois jours et autres histoires...

Lire la suite

Le gros pavé d'octobre

8 Octobre 2012, 22:57pm

Publié par Nous en Argentine

Un mois déjà que nous avons atterri en terres argentines… On s'adapte tranquillement à un pays très occidental mais très "latino" avec des coutumes très "gauchas" et un regard sur le monde très particulier.

Un mois déjà et pas mal de choses ont été résolues. Il fallait bien! Il ne s'agit pas d'une excursion touristique. Donc ainsi on peut dire:

- La mutuelle c'est OK.

- L'école d'Esteban c'est OK.

- Les papiers de résidence permanente (pour Monsieur S et les enfants)  c'est pas encore OK.

- Premiers contacts avec des argentins qui partagent la passion de Monsieur S c'est aussi OK.

- Les travaux chez les parents c'est pas encore OK.

- Premiers contacts professionnels pour moi c'est OK.

 

Ce sont de nombreuses petites anecdotes qui construisent notre quotidien. Difficile de les retransmettre avec régularité mais on essaye…

 

- MUTUELLES :

Pour la mutuelle, nous avons pris DASPU, une "obra social" qui appartient à l'Université National de Cordoba. C'est une très bonne mutuelle et pas si chères que les autres. Heureusement car la santé est un petit luxe dans ce pays. Cependant, avec les dernières lois de l'actuel gouvernement, les gens oubliés d'autre fois, c'est-à-dire les pauvres, immigrants et autres ouvriers non qualifiés peuvent prétendre à une couverture de santé. Les entreprises aujourd'hui doivent accepter toutes les personnes qui viennent les solliciter sans tenir compte de leurs revenus, de leur condition sociale, de la couleur de leur peau, de leur identité, de leur état de santé, de quoique ce soit. C'est une avancée importante en Argentine.

 

- ECOLE PETIT BONHOMME :

Et oui, nous avons trouvé une école pour Petit Bonhomme. L'année scolaire en Argentine est décalée par rapport à la France. Comme les saisons d'ailleurs. En France, c'est un peu avant l'automne que les classes commencent , ici c'est pareil mais l'automne commence en mars donc la rentrée de Petit Bonhomme est début mars. La salle de 4 ans ("salita de 4") est devenue obligatoire très récemment donc les parents ont pris d'assaut toutes les écoles, pas complètement préparées à ce changement, donc les places en maternelles sont encore plus rares que de coutume. L'école en question s'appelle Escuela Nueva Juan Mantovani, et c'est, d'ailleurs, là où j'ai travaillé 4 ans donc ils ont fait de la place spécialement… Heureusement! Il ne nous reste plus qu'à faire faire l'uniforme et aller aux réunions de parents en décembre et février. Pour Mademoiselle E , elle restera dans le jardin d'enfants de mon amie qui n'est pas très loin et qu'elle connait déjà car cela fait plus deux semaines que nous les avons mis à la crèche. 

 

- RESIDENCE DE LA FAMILLE :

Les papiers de résidence de la famille. Nous voilà dans un sujet un peu barbant. Dans tout le monde, tout ce qui concerne l'administration et les démarches de papiers c'est jamais évident, jamais intéressant, toujours ennuyant. Notre cas n'est pas une exception.

En résumé, je suis le lien avec l'Argentine donc mes enfants seront résidents permanents parce que je le suis et Monsieur S le sera car il est le papa des enfants. Plus tard, je solliciterai la nationalité argentine car je suis fille d'argentins et je ferai de même avec les enfants et c'est grâce à eux que Monsieur S aura la nationalité. Ce n'est pas forcément essentiel  ni nécessaire d'avoir la nationalité toutefois si Monsieur S désire partir travailler au Brésil ou tout autre pays du Mercosur, ça lui facilitera énormément les choses. Donc…

En ce qui concerne les démarches administratives, il faut savoir une particularité bien argentine : Ils adorent faire la queue! (c'est ironique mais un peu vrai aussi).

 Il faut faire la queue un peu partout pou un peu n'importe quoi.

Pour initier le dossier de demande de résidence, Monsieur S devait présenter un Certificat d'antécédents judiciaires en Argentine.

Pour ce faire, il fallait faire la queue dans un ministère, prendre un numéro pour remplir un formulaire que nous devions présenter, après une longue file, à la banque (à 600 mètres de là) où nous allions payer pour revenir au ministère, plus tard, présenter l'attestation de paiement pour refaire la queue afin de s'adresser à une employée qui allait prendre les empreintes de Monsieur S et qui nous a, quelques minutes plus tard, donner les informations pour télécharger le document le lendemain sur internet. Internet a simplifié énormément les choses mais ce n'est pas encore bien rodé tout ça.

 

Après nous avons pris un rendez-vous par internet pour initier la demande de résidence car nous avions tous les papiers sollicités. On nous donne le rdv une petite semaine plus tard vers 9hs du matin (ça change de mon vécu où c'était à 4 heures du matin avec une file d'attente longue d'une petite centaine de mètres) et malgré le monde, le rythme est fluide et c'est bientôt notre tour. Monsieur S doit refaire une prise d'empreintes qui se fait en moins d'une minute. Ce n'est plus avec l'encre mais un truc au laser qui sonne quand c'est ok.

Plus tard, c'est la surprise car il faut aussi les empreintes des enfants! mmmm… ça va pas être facile cette histoire.

 

Petit Bonhomme fait une grimace qui nous prédit le calvaire et la dame, avec un ton sévère, nous informe que si ce n'est pas fait dans les règles de l'art, il n'y aurait pas de carte d'identité! Sympa Madame mais on fait comment? Conclusion : Petit Bonhomme n'a jamais vraiment voulu malgré tous nos prétextes ou astuces. C'est par la force que nous avons pris les empreintes du fils avec un concert magnifique de pleurs et cris. Un inoubliable moment pour nous, les parents!

Mademoiselle E est trop petite donc nous devons revenir dans deux ans pour prendre les empreintes. Je me demande bien à quoi ça sert les empreintes de mineurs! Mais bon, c'est comme ça.

Après tout ce tintamarre et ces scandales, nous arrivons au bureau du monsieur chargé de notre dossier. Il révise soigneusement tous les papiers mais c'est pas bon. En effet, l'attestation de bonne conduite fourni par la France n'est pas traduit par un traducteur de Cordoba et il n'est pas certifié par le Collège de Traducteurs et de plus, il faut fournir la photocopie du passeport et de toutes les pages (même les vides!!!!) donc malheureusement, nous devons revenir un autre jour. Jeudi prochain nous avons le nouveau rendez-vous. Tout à été fait comme demandé donc cette prochaine fois ça devrait être la bonne!

 

- AUTOMODELISME :

C'est la passion de Monsieur S. Elle dure depuis longtemps mais cela fait environ 2 ans et quelques qu'il se dédie vraiment à cela. Avant, il bossait aux 24 heures du Mans, après c'était l'école d'ingé donc il n'avait pas forcément le temps. Je crois que c'est en 2010 que Papa Noel lui a ramené une voiture échelle 1/5ème  et qu'il s'y ait mis à fond. Il faut dire que Monsieur S est un vrai passionné, il adore les défis techniques et il s'en invente toujours. Beaucoup considère ce hobby stupide et une perte de temps mais c'est ne pas vouloir accepter Monsieur S comme il est. C'est-à-dire un vrai passionné sans mais sans pour autant délaisser sa vie, ses enfants, sa famille ou les relations humaines.

 Aujourd'hui il a deux voitures piste 1/5ème  plus un petite 1/8ème qui a gagné plusieurs championnats français. Cela lui donne des choses à faire et des choses à chercher en Argentine. Il se ballade à la recherche de pièces et d'informations, il établi des relations avec les argentins autour de ce sujet, pas encore très développé ici. Tout le monde le regarde avec surprise et nous sommes allés le week-end dernier à la piste de Cordoba. Ils ne sont pas nombreux mais ils nous ont déjà surpris avec plusieurs particularités bien d'ici. Par exemple, préparer la piste avec de l'eau avec du sucre pour avoir plus d'accroche. C'est assez rigolo de voir les différentes visions. Ce qui m'a le plus attiré dans ce contact très sympa c'est l'esprit amical qui se perçoit.

En effet, une course était organisée dimanche. Elle devait commencer vers 11hs du matin. Cependant, pendant que certains faisaient des essais sur piste, les autres organisaient le barbecue entre copains! Un dimanche sans asado est inconcevable pour un argentin. Toutes les occasions sont bonnes pour se réunir entre amis.

Monsieur S n'a pas encore déballé ses bolides mais ça ne va pas tarder afin de pouvoir se défouler sur la piste et peut-être se faire des copains!

 

- TRAVAUX CHEZ LES PARENTS :

Comme je disais, ce n'est pas encore Ok mais ça avance. Petit à petit, très doucement mais ça avance. Mes parents n'ont pas anticipé l'ampleur des travaux entrepris mais personnellement, je trouve génial que ces modifications soient faites. La maison va devenir impressionnante après ça. Il faut être patient c'est tout. En effet, tout à commencé par un petit cagibi/atelier de 9m2 qui a donné envie à ma mère de faire l'escalier afin d'unir la chambre/appartement à l'étage avec le rez-de-chaussée.

Puis mon père, enthousiasmé, décide de refaire la salle de bain et de rajouter un bureau/chambre d'amis. Les idées sont très bonnes mais le soucis principal dans ces travaux sont les entrepreneurs et ouvriers. C'es un ami de mes parents qui est plombier qui a pris en charge le chantier mais personne ne sait vraiment travailler ou du moins pas de la manière que mon père veut les choses. En plus, Monsieur S a vu beaucoup d'anomalies qui ont obligé de refaire, de défaire et de repenser les choses ce qui a supposé prendre du retard mais au moins, maintenant, les choses sont bien faites!

L'escalier est presque fini. Il manque des bricoles mais au moins, on peut monter donc cela fait deux nuits que nous sommes installés à l'étage et le salon a repris sa fonction et sa taille normale car nos 8 valises ne sont plus entassées dans 16 m2. Les fenêtres sont bientôt installées et il faut aller chercher le wc, bidet et autres. Il faut finir la salle de bain pour éliminer la vieille salle de bain qui deviendra l'énorme placard de la chambre de mes parents. Comme vous pouvez le constater, il en reste des trucs à faire!

 

- PRESENCE DANS UN TOURNAGE :

4 ans et demi en France m'ont évidemment coupé mes liens professionnels donc petit à petit il faut les reconstruire. Vendredi dernier, José mon meilleur ami était le metteur en scène pour une pub pour la Loterie de Cordoba donc il m'a proposé d'y aller comme spectatrice et pour que les gens de l'équipe me connaissent. Ca ne m'a pas déplu car enfin chaque personne présente a un objectif clair, les rôles ne se superposent pas et le temps n'est pas perdu comme dans les productions cinématographiques pendant mes études et qui m'ont tellement dégouté que j'ai dévié mon chemin vers le design graphique. La publicité ça peut rapporter de l'argent donc j'envisage sérieusement de travailler dans la production. On verra bien au fur et à mesure. Ici il ne faut pas être structuré et borné sinon être entrepreneur et motivé!

De toutes les manières, j'ai adoré retrouver ce frénétique rythme de travail et je continue à me faire connaître. Quelque chose d'intéressant aboutira…

 

Comme d'habitude, je laisse trainer l'écriture du blog et donc je me retrouve avec pleins de choses à dire… et ça donne un gros pavé…  Prenez votre temps et n'hésitez pas à faire des commentaires, ça nous fait du bien d'avoir un contact avec la France, ça fera du bien à Monsieur S… On vous embrasse et à très bientôt pour de nouvelles aventures!

Lire la suite

Valen Enet Molfino added 35 new photos.

23 Septembre 2012, 18:10pm

Publié par Valen Enet Molfino

Lire la suite

Les trois cousins

23 Septembre 2012, 12:24pm

Publié par Nous en Argentine

Les trois cousins

Bonjour, Bon dimanche à tous… Je vous propose de faire un Fast Foward sur notre quotidien argentin car nous avons pris du retard sur nos compte-rendus…

Je viens de poster un article sur les malles. Oui, elles sont bien arrivées. Rangées à l'abri de la pluie et à l'attente de notre demeure définitive. Les travaux chez mes parents ne sont pas encore fini donc nous ne pouvons toujours pas monter à l'étage. Mais c'est sûr, le week-end prochain on sera en haut! (J'espère)

Notre premier week-end en Argentine, mon frère et sa famille n'ont pas pu venir à Cordoba car ils venaient d'acheter leur nouvelle voiture et ils n'avaient pas encore de plaque d'immatriculation donc c'est le week-end dernier que nous avons eu le plaisir de les revoir. Ils habitent depuis peu à Rio Cuarto (pour savoir un peu plus voilà le lien) où mon frère a été muté par son boulot. Il travaille dans la Banque de Galicia et sa femme Je est mécanicienne dentiste mais elle est au foyer en ce moment. Ils ont un petit garçon né juste un mois avant Mademoiselle E. C'est un petit brun tout mignon qui s'appelle Lautaro (juste pour information voilà un peu plus d'histoire sur le prénom). Petit Bonhomme l'appelle Talo.

Les cousins se sont réunis et ils en ont profités. Ils se sont amusés et disputés comme de bons cousins. Ils sont tellement différents que ça fait bizarre. Ils sont différents physiquement mais surtout dans leur manière d'être. Lautaro est un petit garçon espiègle, malin et farceur. Ils ne perd pas une occasion de faire le clown et de montrer ses habilités. Petit Bonhomme est le sensible qui veut toujours bien faire (même un peu trop d'ailleurs) pendant que la seule fille, c'est-à-dire Mademoiselle E, fait du charme tout en retentissant sa force et son assurance partout.

Aujourd'hui dimanche 23 septembre, c'est le deuxième week-end que les cousins se sont réunis car mon frère ne perd pas une opportunité d'être en famille même s'il faut faire des kilomètres. A nouveau, ils ont adorés être ensemble. Ils s'amusent bien. On perçoit une connexion particulière entre Mademoiselle E et son cousin. Pauvre Petit Bonhomme, des fois il est un peu écarté des jeux de ces deux bébés.

Hier, samedi, mon frère Matias nous a fait un "asado". C'est un vrai délice, de la viande à gogo, succulent et à manger sans modération. Après cela, nous sommes allés faire un tour dans un centre commercial avec des jeux et manèges pour enfants. Ils ont adorés le petit train et un jeu tout simple super rigolo où il fallait jeter des balles dans la gueule d'un hippopotame. Mademoiselle E a des gênes du papa car elle voulait absolument monter dans les autos tamponnantes mais malheureusement elle est loin de mesurer le mètre 10 qu'il fallait pour profiter de ce jeu.

Avant, nous faisions un tour dans les magasins du centre commercial et les trois enfants se tenaient de la main. Ils étaient mignons ces trois diables. Ils rigolaient de bon cœur et attendrissaient les passants.

Cette réunion de cousins demandent maintenant ranger tous les jouets éparpillés un peu partout et surtout cachés un peu partout car les plus petits (Lautaro et Mademoiselle E) ont pris une petite habitude de tout cacher. Les jouets dans le lave-linge, les briquets dans le four, les produits ménagers dans le jardin, les outils sous le canapé et ainsi de suite. Il faut absolument tenir éloigné tout objet important de ces deux bambins.

La famille de Matias vient de repartir car ils doivent voir la famille de Jesica et la maison est devenue bien vide. Cependant, le week end prochain nous les avons a nouveau de visite. On espère que l'escalier sera fini… A bientôt!!

Trois cousins... pleins de jeux en perspective...Trois cousins... pleins de jeux en perspective...
Trois cousins... pleins de jeux en perspective...Trois cousins... pleins de jeux en perspective...
Trois cousins... pleins de jeux en perspective...Trois cousins... pleins de jeux en perspective...

Trois cousins... pleins de jeux en perspective...

Lire la suite

Notre vie dans 6 malles métalliques

23 Septembre 2012, 11:20am

Publié par Nous en Argentine

Notre vie dans 6 malles métalliques

Le déménagement de nos malles a été une histoire pleines d'angoisses, de doutes, de questions et d'argent. Mais tout s'est bien passé. Quoique je savais que nous ne serions tranquilles que le jour où nos cantines métalliques seraient chez mes parents.

Avant le transfert, il fallait connaître le monde du déménagement international. Un monde à part entière qui n'a d'évident que le nom. Des choix draconiens à prendre et des budgets à respecter. Et en plus, il faut le savoir, rien n'est évident avec l'Argentine!

Pour des raisons purement financières, nous avons choisi le fret aérien. Nous avons travaillé avec Bagages du Monde. Nous avons donc commencé à entendre les mots extraterrestres de voucher, douanes, franchise, fret, packing list, export, etc… Après avoir rempli des pages et des pages de tous nos objets spécifiés, quantifiés et estimés que nous avons dû, après coup, traduire en espagnol, nous avons amené nos malles à Mérignac pour être transporté à Roissy Charles de Gaulle. Et à un certain moment, elles prendraient la route (les airs plutôt) pour traverser l'océan atlantique.

Nous avons payé la totalité du service et nous avons fait confiance. On avait pas le choix!

Le transport était arrangé mais il fallait encore résoudre les questions douanières. N'importe quel pays du monde a des lois spécifiques sur l'introduction d'objets et l'Argentine aussi bien sûr! Selon des sources informées, un simple document du Consulat argentin en France attestant ma résidence en France depuis 2008 suffisait. Mais comme je le disait auparavant, quand on parle de l'Argentine, rien n'est simple! Donc j'ai dû faire de la magie (parler des heures au téléphone t envoyer pleins de mails) car ils étaient convaincus que mon "visa" argentin n'avait plus de validité. Cependant, ils étaient dans le faux donc quelques jours avant de partir j'ai réussi à avoir ce sésame.

A cause d'un mail de Bagages du Monde qui est passé directement dans les Spams, nous n'avons su que le jour même que nos malles étaient déjà arrivées! Un peu de stress et d'angoisse plus tard, nous avons appelé l'entreprise en charge du transport c'est-à-dire Lan Cargo et là nous avons eu une petite énorme peur.

En effet, je leur demande pour nos biens personnels et mon interlocutrice demande autour d'elle et elle me réponds rapidement qu'effectivement tout était bien arrivé et qu'on les avait retiré ce matin même. QUOI!?!? Frayeur, pour ne pas dire désespoir au téléphone. La demoiselle me demande un instant et fait des recherches plus approfondies. Après quelques instants, elle rectifie ses informations. OUFF!! Nos malles sont bien là, à Cordoba, mais on ne peut les retirer que demain car elles sont au dépôt fiscal qui a fermé ses portes il y a une petite heure.

Comme d'hab'! Il faudra attendre le jour suivant.

Le lendemain, on va chez Lan Cargo, à côté de l'aéroport de Cordoba. Il nous font payer une somme supplémentaire (ô surprise pour nous) mais nous devons attendre car leur système informatique est tombé. Ils nous conseillent aimablement d'aller au dépôt fiscal pendant ce temps pour se renseigner sur la démarche à suivre. Les agents du fisc devraient être là car leur journée commence à 9hs. Cependant, ils ne sont toujours pas là. Il n'est que 9:30! (ô surprise!).

On retourne à Lan Cargo qui a finalement réussi à facturer notre dossier et ce n'est qu'une heure plus tard que les douanes seront ouvertes. Ils nous informent que nous devons aller au centre-ville dans le bureau central pour faire valider notre "import". Après 45 minutes de bouchons, nous arrivons rue Buenos Aires n°150 et nous allons au bureau des registres de je ne sais quoi.

Un gentil monsieur nous reçoit mais une dame aux airs méchants vient poser des questions. On se rend compte que c'est la chef du secteur. Elle a un air sévère. Elle nous demande le passeport et regarde la présence d'un tampon qui n'était pas là. J'ai a nouveau peur. En effet, à notre entrée dans le pays, il fallait notifier l'arrivée de bagages non accompagnés ce que nous n'avons pas fait car nous n'étions pas du tout au courant. Là, le stress revient et je fais appel à la débrouille latino-américaine.

Je demande pour le frère de ma tante Tere. Il est responsable de secteur lui aussi. Il peut nous aider. Peut-être. Il arrive quelques secondes plus tard. Il dit que je suis sa nièce. Pas exactement vrai mais pas si faux non plus. Il explique. Il regarde. Il aide. Il discute. Et les papiers dont j'avais besoin sont dans mes mais quelques minutes plus tard. Oufff!!! Soulagement de grande taille. Nous pouvons récupérer nos malles et ce, sans payer quoique ce soit car je rentre des biens personnels après un long séjour à l'étranger.

Nous voilà reparti à nouveau pour 45 minutes de bouchons pour revenir à côté de l'aéroport. Il est 11.30 du matin. l fait beau, il fait presque chaud. On arrive à caser trois malles dans le Ford Ecosport de mon père. On pense faire l'aller-retour vu que mes parents ne vivent pas loin de là mais les employés du dépôt nous conseillent de revenir après le déjeuner car les douanes auront fermé les portes durant la pause. On accepte, on a quand même pas trop le choix. Mais à mi-chemin, je me souviens qu'il ne faut pas trop faire confiance et que nous avions déjà signé pour les malles. Tout d'un coup, je me suis vu angoissée par la possibilité de que nos malles disparaissent sans la moindre possibilité de réclamer. Je me suis fait un sang d'encre pendant la petite heure du déjeuner. Je n'avais plus confiance et craignais le pire. De toutes les manières, la chose était faite et il fallait supposer qu'il existe encore des gens honnêtes. Vers 14 heures, on retourne au dépôt et les voilà, les employés et nos malles qui nous attendent gentiment. Il y a encore des gens honnêtes et même très sympas car ils n'ont pas hésité à nous aider et à discuter avec nous. On est reparti avec les trois dernières malles qui sont chez mes parents et attendent patiemment notre prochaine demeure. La maison définitive.

On y est arrivé! Et je me suis rendue compte de la gentillesse de certaines personnes et que le système argentin n'est pas évident mais pas impossible non plus. Il ne faut pas exagérer! Monsieur S n'a tardé que quelques secondes pour ouvrir sa caisse pleines d'outils et depuis, il en profite sans modération.

Notre vie dans 6 malles métalliques
Notre vie dans 6 malles métalliques
Notre vie dans 6 malles métalliques
Notre vie dans 6 malles métalliques

Lire la suite

Nous 4 en Argentine :

20 Septembre 2012, 18:54pm

Publié par Valen Enet Molfino

Nous 4 en Argentine :
mutuelle presque OK
travaux maison des parents pas OK du tout (on est en camping encore!!)
Ecole Esteban: fin septembre
operation de la main de mon père : OK mais ça fait mal
résultat des exam de maman : la merde est encore là mais plus petite donc c un mieux
boulot : des réunions, des possibilités et des projets mais pas encore OK
Emilia aime les Oreos et Esteban raffole du "dulce de batata"
Moi je commence Acuponcture et Tai Chi avec maman. Et nous avons été dans un spa de mains et pieds on est revenues avec les pieds magnifiques!!
ça a du bon l'argentine, non?

Lire la suite

Qui es-tu Cordoba ?

13 Septembre 2012, 18:54pm

Publié par Nous en Argentine

On est parti vivre à Cordoba. Mais qu'est-ce que c'est que Cordoba?? Bien sûr, c'est une ville, une ville argentine, la deuxième plus grande ville d'ailleurs.

Cordoba est la capital de la province du même nom. Elle compte 1.300.000 habitants et elle se fait appelé depuis très longtemps "La Docta" (La docte) pour son université instituée en 1612. Même aujourd'hui elle mérite bien son surnom car c'est la ville qui possède le plus grand pourcentage d'étudiants universitaires par rapport à sa population totale : 12 % des habitants sont étudiants universitaires, une des proportions les plus élevées du monde.

C'est une ville très grande mais qui fait bon vivre. Elle garde un rythme de petit village, selon les dires de beaucoup. Elle a les avantages des grandes villes sans être Buenos Aires où le frénétique rythme est extrême. Le cordobais est quelqu'un de sympa, reconnu par son humour et avec un accent particulier, disons plutôt un chant rigolo pour parler. Comme tout bon argentin, le cordobais est un grand fan de foot. Il se passionne pour les équipes locales. On peut être de Belgrano, de Talleres ou d'Instituto. Toutefois, Cordoba a une autre passion : l'automobile. Effectivement, cette province est très industrielle et particulièrement automobile. On a le droit au WRC chaque année et des tas d'activités sont organisées autour des engins à moteurs. ça tombe bien pour Monsieur S, direz-vous.

La température annuelle moyenne (pondérée pour tout le XXe siècle) est de 18 °C. En janvier, mois le plus chaud de l'été austral, les températures oscillent entre 17 °C et 31 °C, avec de fortes différences thermiques entre le jour et la nuit. En juillet, mois le plus froid de l'hiver austral, les températures moyennes oscillent entre 4 °C et 19 °C, avec des gelées fréquentes et, occasionnellement mais rarement, des chutes de neige, même en plein centre ville.

Ce paragraphe est dédié à Jean-No!!! On t'attends avec impatience!!!

Autre avantages de Cordoba est qu'elle est proche de la nature. Quelques kilomètres en voiture et le "turista" peut profiter d'une grande quantité de paysages différents. Nous avons des vallées, de longues plaines, des lacs et des rivières, etc... C'est une destination de prédilection des touristes argentins dû à la variétés des activités à réaliser. Cependant, s'il faut être honnête, c'est peut être la province avec le moins de cachet argentin. Le dépaysement n'est pas flagrant. Pour cela, il faut préférer les régions du Nord-Ouest argentin, par exemple.

Je posterai des photos au fur et à mesure mais sinon googler sans problème et vous verrez un échantillon de ce que c'est que Cordoba. On vous embrasse très fort et dés que notre installation sera plus concrète, n'hésitez pas à venir découvrir ces terres qui me tiennent à cœur. A bientôt!

Lire la suite

Début des démarches administratives et réception des malles

13 Septembre 2012, 07:55am

Publié par Nous en Argentine

Aujourd'hui nous sommes mercredi 12 septembre. Cela fait exactement UNE semaine que nous sommes en Argentine. Le beau temps s'est installé et le frisquet s'éloigne. Nous abordons bientôt le printemps. Chouette!!

Sinon, depuis lundi, je pique la voiture de mon père pour bouger et faire des démarches administratives. Monsieur S conduit. Il ne s'habitue pas encore qu'ici les gens font ce qu'ils veulent sans tenir compte du code de la route (code de quoi? des règles de quoi?). Il râle beaucoup, insulte beaucoup mais il commence à y prendre goût.

Enfin, nous sommes allés pour avoir un forfait local. ça y est! Nous avons notre numéro de téléphone portable argentin. Pour l'instant, nous avons pris qu'un seul forfait pour deux. Pour l'instant ça suffit amplement.

Après nous nous renseignons sur les pré-payées, mutuelles et autres organismes de santé. Tout ce qui est santé ce n'est jamais évident (même en France) donc on s'informe, on pose des questions pour savoir laquelle nous convient le plus, laquelle nous propose les meilleures prestations.

Pour anecdote et pour savoir un peu plus, le gouvernement actuel a donné un élan important dans toutes les questions sociales. Aujourd'hui, les mutuelles ont des obligations légales très fortes qui garantisse une couverture de santé rassurante et presque intégrale. Ce qui n'était absolument pas le cas avec les gouvernements neolibéraux antérieurs. Pour donner un exemple, une maladie chronique (tel que le diabètes, le hiv ou la sep) doivent être remboursée à 100% par l'organisme de santé. N'importe quel citoyen doit pouvoir être couvert en cas de maladie grave. Voilà un point très positif à souligner sur la nouvelle politique argentine.

Hier, nous avons eu la surprise que nos malles sont déjà arrivées. Elles étaient prévues pour le 14/09 selon un mail mais avec le code de tracking pour savoir où ils en étaient, nous avons appris que le chargement était arrivé depuis quelques heures. Rapidement, nous avons pris contact avec le transporteur et donc aujourd'hui mercredi ce sera une journée dédiée à nos effets personnels car nous avons pas mal de choses faire entre la facturation, dédouanement, retrait et transport jusqu'à la maison.

Nous espérons que la partie douanières ne nous réserve pas trop de (mauvaises) surprises. J'ai déjà pris contact avec un des responsables des douanes argentine à Cordoba (qui s'avère être le frère de ma tante) qui m'a rassuré et qui a d'ors et déjà prévu de nous aider. On verra bien mais c'est déjà un bon début!

En ce qui concerne l'école des enfants, nous avons une école en vue. Très bonne éducation et aussi publique. Que des avantages. Même Monsieur S a pu apercevoir la bonne réputation de l'école en question car toute les personnes à qui nous parlons, nous disent que du bon de l'école Zorrilla de San Martin. Petit hic tout de même: qui dit école publique et bonne école dit beaucoup de parents intéressés. Comme nous n'avons pas de contact là-dedans, nous devons les enthousiasmer par notre profil international. L'école veut bien sûr maintenir une réputation de haut niveau donc il faut leur donner envie de nous avoir!! Hier, nous avons prévu aller discuter avec la directrice mais après 5 minutes devant la porte qui ne s'ouvrait pas, je me suis tout d'un coup rendue compte que nous étions le 11 septembre c'est à dire le Jour du Maître/professeur d'école donc jour férié dans l'éducation! ça sera pour demain, sans faute!!!

Tant de choses à faire, beaucoup d'adrénaline mais on fait les choses sereinement donc ça plutôt bien... On en profite, quoi!!!!!

Lire la suite

Première semaine

11 Septembre 2012, 20:10pm

Publié par Nous en Argentine

La famille va bien. Nous allons très bien.

Les enfants s'amusent et apprennent à vivre en Argentine comme nous tous d'ailleurs.

Nous sommes chez mes parents. Encore en camping car ils ont commencé des travaux et les ouvriers n'ont pas encore fini. Je posterais des photos pour expliquer un peu mieux ses fameux ouvrages. Conséquence de ce retard: nous dormons dans le salon avec une grande ouverture vers l'extérieur qui sera fermée quand l'escalier sera terminé! on est bien, on est content... pas besoin d'objets, de meubles ou de grands espaces pour être bien...

Les premiers jours ont été dédié à se reposer. Nous n'avons pas fait grand chose. Le décalage horaire fait encore des effets indésirables donc nous voilà réveiller à pas d'heures! Avant c'était à 3hs du matin mais maintenant c'est à 6 heures donc ça va un peu mieux!! Les enfants ont repris le rythme rapidement. Il s'adapte vachement bien, il faut dire.

En parlant d'eux, Petit Bonhomme profitent sans modération des câlins de Bela et des guilis de Belo. Mademoiselle E. fait toujours du charme en râlant toujours un peu. Elle est rigolote. Avec son pas décidé, elle investit les lieux avec ses différentes activités. Elle trouve toujours un truc à faire. Elle est indépendante. Quant à Petit Bonhomme, il joue principalement avec un kart fait maison, réalisé par un grand copain de mes parents.

Dimanche matin. Il est à peine 8hs quand Belo se lève et se retrouve avec nos deux bambins réveillés. Un échange tendre se produit. Mon père les embrasse et les amène à la cuisine pour leur préparer le "titi" (biberon). Il demande à Petit Bonhomme comment il le préfère et un simple mais magnifique dialogue s'établit entre le grand-père et le petit-fils. Pendant ce temps, Mademoiselle E est à côté, regarde, attend avec impatience son petit dej'. Belo lui propose un biscuit qu'elle accepte volontiers. ça me rappelle mon enfance et le super papa poule que j'avais et qui était en chômage technique depuis que nous avons inévitablement grandi.

Après le petit déjeuner, tout le monde est bien réveillé et Belo propose une sortie au zoo de Cordoba. Bela décline l'invitation. Les animaux, c'est pas son truc et Monsieur S aussi car c'est pas trop son truc non plus. Donc j'accompagne ma petite famille pour cette promenade. On a passé un très bon moment excepté les quelques conflits fraternels pour la poussette. Mademoiselle E n'arrêtait pas de crier "cha, cha" (tout animal pour elle est "cha", faut le savoir). Petit Bonhomme, lui, imitait les bruits des animaux qu'il voyait. Il a adoré le tigre, le lion était fatigué et les singes rigolos. Nous avons fait un tour rapide pour ne pas trop les épuiser et nous avons fini notre excursion avec le spectacle des Loups de Mer. Petit Bonhomme était super content et à l'expectative. C'était une forte musique de cumbia ou reggaeton qui nous faisait attendre l'arrivée de la petite loup de mer appelée Marta. Petit Bonhomme a rigolé avec force de ses sympathiques "bestioles" qui applaudissaient, plongeaient, sautaient et amusaient les petits et les grands. Le deuxième loup de mer était une grosse bête, un mâle appelé Marcos qui dansait et éclaboussait avec ses sauts surprenants.

Nous sommes rentrés à la maison et Monsieur S nous attendait avec Bela. Le repas était prêt. Nous avons mangé un "matambre" de porc avec pommes de terre rissolées avec salade. Succulent! Je conseille vivement!

En fin d'après-midi, on part voir mon oncle Eric (informaticien, jeune quinquagénaire fan de golf et de bons vins), ma tante Tere (avocate, jeune quinca aussi, rigolote, chaleureuse et trèèèès coquette!) et mes cousins (Octavio, Ramiro et Alvaro). On a passé un bon moment car on rit beaucoup avec eux. Ils ont un humour assez acide, intelligent, qui me plaît bien. On est pas resté longtemps car ma tante est malade et il faut pas abuser non plus mais c'est une partie de la famille que nous voyons plus que régulièrement donc les occasions de les revoir ne vont pas manquer!!

Voilà pour les grandes lignes de notre première semaine en Argentine.... On pense fort à vous tous!!

Chez l'Oncle et la tante...

Chez l'Oncle et la tante...

Lire la suite

Notre voyage...

9 Septembre 2012, 16:39pm

Publié par Nous en Argentine

Notre voyage...

Le départ était pour le 4 septembre depuis Barcelone. On partait de Bordeaux (où on rangeait/néttoyait/triait la maison familiale de Monsieur S), puis nous sommes passés, en coup de vent malheureusement, voir Manou qui était au Faux. Plus tard, nous sommes allés au mariage d'un cousin à côté de Grenoble. Fête très sympa, d'ailleurs.

Le lendemain, dimanche, avec les conséquences d'une soirée un peu trop arrosée, nous avons repris la route pour l'Espagne avec d'autres cousins de Monsieur S. C'est eux qui ont réussi à résoudre les grands problèmes avec la voiture, les bagages, la remorque et autres sujets logistiques.

On en a profité pour se reposer, voir les 3 belles nièces concoctées par les cousines, manger au restaurant et discuter de sujets divers et variés. Personnellement, tout allait bien avant mardi. Je ne pensais quasiment pas au voyage donc je n'angoissais pas plus mais au fur et à mesure que les heures s'écoulaient, mon calme et mes nerfs flanchaient sans retenue. Il est vrai que Monsieur S. avec ses blagues "à deux francs" n'aidait pas à tranquiliser la situation.

Mardi 4 septembre. On part pour l'aéroport, on est un peu en retard mais pas trop non plus. On trouve une place large pour la voiture et la remorque tandis qu'on organisait les derniers détails pour arriver à coincer les montagnes de valises uniquement dans deux charriots. Mademoiselle E profitait de sa tante V tandis qu'Esteban posait de millions de questions sur tout ce qu'il voyait. On était à cran mais heureux ou anxieux... bah, quelque chose comme ça, un mélange etrange d'émotions sans doute.

On arrive à l'aéroport: deux gros charriots remplis de valises, une poussette avec Mademoiselle E dessus, Petit Bonhomme marchait près de nous qui étions remplis de sac à dos, plusieurs d'ailleurs. Les cousins nous accompagnait et heureusement car c'était difficile de manoeuvrer toutes nos affaires.

On arrive au guichet d'Aerolineas Argentinas. Pas de queue quasiment, et heureusement. C'est presque notre tour et nous voilà devant une gentille fille qui nous demande les papiers, les documents, les valises. On a eu deux mauvaises surprises: la première étant que nous allions devoir décharger nos valises à Buenos Aires pour passer Migrations et Douanes et la deuxième était que nous n'avions droit qu'a SIX valises et pas huit comme prévus donc nous avons dû payer le surpoids. Un peu salé la note, claro!

On passe la sécurité après nous avoir dit au revoir/à bientôt avec les cousins. C'est toujours un peu galère avec des enfants, les poussettes et les sac à dos. Au moins cette fois-ci on nous a pas fait vidé les sac à dos pour se rendre compte que nous ne transportons pas d'armes chimiques mais bien des biberons et des petits pots!

On est devant notre porte d'embarquement. Les argentins adorent faire la queue même si ce n'est pas nécessaire donc cela a été facile de les repérer. Nous, nous sommes assis et les enfants ont commencé à courir et jouer autour des fauteuils et des autres voyageurs.

Nous voilà dans l'avion. Nous avons la file 14 c'est à dire les premiers sièges avec pas mal de place devant nos genoux. Assez pratique quand on a des enfants et quand le papa mesure 1,90m!! Tout s'est bien passé. Mademoiselle E a charmé toutes les hotesses de l'air avec ses grands yeux et ses bouclettes sauvages. Petit bonhomme se tenait très bien, toujours si sage! Il attendait avec impatience le décollage!

On a eu droit à un repas copieux, de poulet avec pommes de terres rissolées. Moi qui ai demandé de la viande j'ai eu droit à des haricots verts. Salade verte/céleri en entrée et du gateau au chocolat pour le dessert.

Seul inconvénient sur ce vol a été le bug du système de video donc nous n'avons eu droit qu'à de la musique. Les films et autres jeux interactifs étaient que pour quelques passagers. Rien de grave car avec des enfants on a pas trop le temps et la liberté d''esprit de s'évader devant un film.

On est arrivé à 4:20 du matin à Buenos Aires. Un petit 12° nous attendait mais beaucoup de vent. On a dû changer de terminal pour chercher l'avion qui nous aménerait à Cordoba. C'est toujours impréssionant la quantité de monde qui attend derrière la porte des arrivées. Des taxistes et des chauffeurs avec des panneaux avec des noms de famille et des personnes attendant leur parent.

On a habillé les enfants de polaires et nous sommes allés à la recherche de la terminal C où nous avons fait à nouveau le check-in pour l'avion de Cordoba. On a à nouveau laissé nos bagages sur le rouleau et nous avons repassé par la sécurité. A nouveau vider nos sacs à dos, plier la poussette, ranger les enfants, enlever les chaussure de Petit Bonhomme car elle sonne à chaque fois à cause du dispositif qui fait du flash. Bien jolies les chaussures mais pas pratique pour les voyages en avion!

On monte dans l'avion. On est tous séparés!!! Il y a un problème, clairement. On va pas laisssé tout seul notre Petit Bonhomme de 3 ans tout seul!! Donc on prend l'initiative de prendre les places que bon nous semble: ça n'a dérangé personne donc rien de grave.

Après 50 minutes d'attente DANS l'avion, on commence à s'impatienter! Pas évident avec des enfants enfermés dans un espace si restreint mais il faut le dire et le redire, nos enfants sont super sages. En ce qui concerne l'attente, on a après su qu'ils attendaient un couple de retraités en retard. Bizarre!

L'avion bouge, recule et se dirige vers la piste de décollage. Enfin!

On est anxieux et impatients mais aussi très très fatigués. On en peut plus, on veut se reposer mais quelque chose d'etrange passe dans l'avion. Passer les nuages à été difficile. Même carrément "flippant". Le monsieur que j'avais à côté de moi n'aidait pas du tout à me tranquiliser. Je n'ai pas peur de l'avion mais des trous d'air comme ceux-là, j'en ai vécu rarement. Pour détendre l'ambience, on s'est mis à papoter et rapidement on s'est mis à parler des catastrophes aériennes comme celle de Air France. Rassurant??

Ceci dit, on est bien arrivés. Vivants, c'est déjà un bon début et nous avons retrouvé une Cordoba sous de gros nuages et mouillée par une pluie récente (quand on sait que l'hiver argentin est sec pour ne pas parler de sécheresse, on est étonnés).

On récupère nos valises. Toujours les derniers, allez savoir! et à nouveau les deux charriots et un bon travail de tetris pour caler les 7 valises, le siège-auto, la fille et le fils, la poussette, nos sacs à dos et notre fatigue!!! On est enfin en chemin vers la fin du périple et derrière la vitre, on aperçoit des visages connus. Des sourires se dessinent et une certaine timidité aussi. On s'approche, on passe la fameuse porte (un peu le Sésame du Voyageur) et ça y est! Mes parents sont là, le sourire au lèvres, la joie incontrôlable et le Petit Bonhomme court rejoindre Belo et Bela et leur saute au cou! Un vrai bonheur... je n'ai pas réussi à retenir des petites larmes. Mon meilleur copain José était là aussi, il est présent à presque tous les grands moments de notre vie donc...

On a réussi à tout mettre dans les deux voitures que nous avions et nous avons quittés l'aéroport pour rejoindre la maison de famille. A la prochaine!

Mademoiselle E et Petit Bonhomme à l'aéroport de Barcelone. Notre avion en arrière-plan.

Mademoiselle E et Petit Bonhomme à l'aéroport de Barcelone. Notre avion en arrière-plan.

On passe les derniers coups de téléphone pendant qu'on attend...

On passe les derniers coups de téléphone pendant qu'on attend...

Lire la suite

<< < 1 2 3 > >>