Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Déménagement du blog

25 Décembre 2012, 18:12pm

Publié par Nous en Argentine

Pour retrouver la suite de ce blog... cliquez directement sur le lien suivant....

http://nousenargentine.wordpress.com

A très bientôt!

Lire la suite

ça fait trèèèèèès longtemps...

30 Novembre 2012, 15:36pm

Publié par Nous en Argentine

Je suis re-re-re-tombée sur cette vidéo et je l'adore. Petit Bonhomme est tout petit, il marche à peine, on est à l'appart de Bart et c'est quelques jours avant la mission au Brésil de Monsieur S. donc Mademoiselle était encore "en pleine cuisson" (comme dit si tendrement Monsieur S.)

J'ai beaucoup ri et je continue à rire en regardant cette vidéo donc j'ai eu envie de le partager. Certains l'ont déjà vu, d'autres pas... Bises et à+!

Petit Bonhomme a 14 mois et il a découvert une chaussure qui lui a beaucoup plu malgré la mauvaise pointure. Amusez-vous!

Lire la suite

Médecine argentine I

23 Novembre 2012, 08:23am

Publié par Nous en Argentine

Médecine argentine I

[Billet écrit il y a déjà quelques jours]

9 semaines et demi… Rien à voir avec le film d'Adrian Lyne sinon c'est le temps que nous sommes en Argentine. ça fait beaucoup mais en fait ce n'est pas si long que ça… Donc nous voilà, encore une fois… Dans ce post que je vous propose aujourd'hui c'est un sujet que j'avais promis. C'est-à-dire sur la médecine argentine. Je ne suis pas médecin et loin de là d'ailleurs donc je ne vais pas entrer dans des discussions techniques sinon que je vais l'aborder du point de vue du patient.

La médecine argentine est, paraît-il très bonne pour ne pas dire excellente. Les médecins sont, en général, très au courant des nouveautés et se maintiennent formés. Ils sont constamment dans les 4 coins du monde en train de participer à des congrès et séminaires variés.

Il y a une excellente médecine gratuite mais sans moyens et une médecine privée de bon niveau quoiqu'il faut quand même faire attention aux lobbies. Aujourd'hui un hôpital privé ressemble plus à un hôtel 5 étoiles qu'a un établissement de santé.

En ce qui concerne la médecine publique, les choses ne sont pas si bonnes que ça car il est évident que les salaires des professionnels de santé sont largement en dessous des salaires moyens. Les médecins sont généralement des passionnés et des fervents défenseurs du service publique. Comme toujours et comme partout (même en France), les choses doivent être améliorées. Comme les hôpitaux manquent de moyens, les queues sont longues, très longues. C'est pour cela que les gens sont plutôt de classes populaires ou très pauvres car ceux qui peuvent se payer une mutuelle iront en priorité dans des institutions privées. C'est dommage mais c'est comme ça…

Je parlerai des grandes villes car je ne suis pas trop au courant de la situation dans les petits villages. Ici, il n'y a pas besoin d'attendre 1 an pour voir un oftalmo, pas besoin de 6 mois pour un gynéco et la moyenne d'attente pour être reçu par un neurologue est d'environ 2 semaines. Les rendez-vous sont donné, par respect au rythme de vie argentine, jusqu'à 21hs. Quand on travaille, c'est plutôt pratique.

Et voilà un autre point, celui-là très positif et qui me fait (avis personnel) oublier les nombreux possibles défauts de la médecine argentine, c'est l'attention agréable. Le médecin est souriant, il est chaleureux et on s'embrasse amicalement pour se dire au revoir. D'accord ce n'est pas primordial mais…

Pour les pédiatres, c'est un monde à part. C'est beau à voir… Il y a un vrai feeling avec les enfants. Les parents nous sommes accessoires lors de la consultation. Ils les embrassent, leur dit des trucs sympas, rigolent avec eux, les fait sentir à l'aise. Comme nous en avons vu une petite pagaille pour les différents bobos de Mademoiselle E, on peut dire que c'est toujours un peu la même chose, ce n'est pas une particularité d'un seul.

Aussi, il a été très agréable et réconfortant que d'être aidé par le médecin. En effet, dans les nombreuses consultations pour Mademoiselle E, nous n'avions pas encore obtenu les papiers de la mutuelle et pour n'avoir pas à payer de frais suppléméntaires, les pédiatres n'hésitaient pas à puiser dans leur stock personnel de médicaments pour nous en faire cadeau. Si le médecin n'avait pas le médicament ce jour-ci, ils nous demandaient de repasser pour refaire un contrôle gratuit mais aussi pour récupérer les doses manquantes. Chaque fois c'est un plaisir d'aller voir le pédiatre…

Pour les autres spécialités, ça ne change pas trop. Le tutoiement est de rigueur. Le baiser sur la joue pour saluer aussi et la convivialité est quasiment toujours là. On se sent à l'aise et peut-être accompagné sans être couver. Même avec l'oncologue de ma maman, les choses sont vécus sérieusement mais sans dramatisme, avec un certain humour qui soulage et rend plus léger des moments pas forcément évidents.

C'est sans aucun doute dans les moyens que la médecine argentine a du travail. Le travail infirmier n'est pas du tout valorisé et les médecins, certains, sont encore sous-payés. C'est un travail passionnant fait par des passionnés que ce soit dans n'importe quelle partie du globe.

Je crois que ce n'est qu'un petit résumé de tout ce que j'ai pu vivre en ce qui concerne le secteur médical argentin mais dés que j'ai d'autres commentaires, je n'hésiterai pas à les publier. C'est toujours surprenant de comparer et de voir des choses différentes.

Bises et soyez sages!!

Lire la suite

D'une clim', pleins d'idées

23 Novembre 2012, 08:00am

Publié par Nous en Argentine

D'une clim', pleins d'idées

Tout a commencé avec un clim' qui ne refroidissait pas suffisamment. Avec 38°, ce défaut se fait sentir. Cette semaine nous sommes donc allés chez un copain de mon papa qui est un réparateur de clim' pour les voitures. Effectivement, l'équipement n'avait plus de gaz et pendant que le monsieur faisait ce qu'il doit faire, comme d'habitude, nous racontons notre situation actuelle.

Quand il a su le parcours professionnel de Monsieur S. il a fait arrêté la charge, a sorti son téléphone et m'a demandé de prendre note. Il nous a donné un nom et un numéro de téléphone. On a longuement discuté et à peine rentrés à la maison, on a appelé et Monsieur S. est allé le voir.

C'est un soudeur. Un pro. Il fait des arceaux-cages pour les voitures de rallyes et compétitions. Il est extrêmement doué. Quand Monsieur S. est revenu de sa "ballade", il était super enthousiaste. Il a parlé d'un endroit qui ne paye pas de mine, au milieu d'un quartier très populaire (pauvre, quoi), on y découvre des hangars, loin d'être beaux et parfaits, plutôt désordonnés et sales, mais qui cachent des pépites du futur Rallye Dakar.

En effet, ce monsieur de San Rafael (Mendoza) a des contacts, des astuces et de la générosité. Il a promis d'aider Monsieur S. a faire des contacts mais il a aussi donné des idées car il sait ce qui se fait de ce côté de l'océan. On y est justement retourné aujourd'hui et après lui avoir expliqué que ce n'est pas qu'un boulot ce que nous recherchons sinon des connaissances, des moments de partage, des liens afin de s'immerger dans un milieu qui est particulièrement fermé, il 'a pas hésité à nous inviter à une course la semaine prochaine avec l'incontournable asado qui va bien.

Il y a beaucoup de choses à faire. On le confirme. Cependant, le fait d'être français n'est pas forcément un gage de réussite, au contraire. Monsieur S. n'est pas comme ça heureusement mais beaucoup d'européens viennent voulant donner des leçons à " ces latinos du tiers-monde" (je caricature mais…) et ont dû repartir vers le vieux continent avec plus de frustrations que de succès.

Comme je l'ai dit, ce n'est en aucun cas, l'état d'esprit de Monsieur S. et il a donc pris avec respect toutes ces informations et nous sommes pleins d'idées et de projets.

De tout ça, quelque chose va sortir, il se concrétisera quelque chose, je n'en doute pas du tout!

En ce qui me concerne, je suis en pleine ébullition mentale… ce qui veut dire que moi aussi j'ai des idées pleins la tête. On est sur un projet d'organiser des spectacles culturels à Cordoba, un programme de télé, une boîte de marketing et événementielle, un site internet, pouf! Il va falloir aller doucement mais sûrement mais j'adore cette adrénaline du mouvement plutôt que l'apathie de l'immobilité.

Certes nous n'avons pas encore de travail mais ça ne va pas tarder et pour l'instant nous allons bien, on est contents, heureux et on profite de l'instant présent pour solder nos dettes avec nos devoirs non achevés et voilà…

On vous embrasse à tous… La tartiflette nous manque déjà mais on s'y fait!!!

A+

PS: L'illustration de ce post est une photo d'internet, du site meltybuzz.fr plus exactement qui ne dit pas le nom du photographe. Merci à lui/elle!

Lire la suite

Distance... quand tu nous tiens...

23 Novembre 2012, 05:34am

Publié par Nous en Argentine

ça fait un sacré bout de temps que je n'écris pas sur le blog… ici, la vie continue avec de la chaleur. Cette semaine a été assez "torride" car le thermomètre a affiché plusieurs fois les 37° allant parfois même à un peu plus de 38°. Il a fait chaud, c'est certain!

On a, heureusement, la clim' à l'étage (dans notre chambre et celle des enfants), en bas un ventilateur qui brasse l'air chaud et le rythme de vie se modifie et s'adapte aux aléas climatiques. C'est à dire entre 13h et 17hs les activités sont réduites et on s'éloigne de l'extérieur.

Je viens de faire un tour sur le blog et cela fait depuis le 7 novembre que je ne poste rien et j'en suis vraiment désolée. ça fait un bail! (pour l'information, ce que j'ai trouvé à ce sujet : lien ).

Que dire de ce petit mois de novembre?

Il fait chaud, je viens de vous le dire.

Les travaux chez mes parents avancent mais à un rythme extrêmement lent et les conflits avec la voisine restent d'actualité. Ce n'est pas prêt de se terminer car toutes ces démarches sont lentes et compliquées. Cependant, dans cette histoire, l'architecte qui est venu mesurer confirme que nous n'avons effectivement pas empiété sur la voisine.

Le 14 novembre, nous avons eu une bonne nouvelle. Une excellente, plutôt. Monsieur S. était vraiment content de l'arrivée d'une petite puce dans la famille. Il a même appelé la France pour prendre des nouvelles. On félicite par ce biais les heureux parents!! Bon courage et goutez aux beautés de la parentalité!

La santé quand tu nous tiens… j'embrasse fort ma grande amie pour ce qu'elle vient de subir et de passer. Pas facile de se confronter à ces maladies de m**** Aujourd'hui le panorama est positif mais il faut rester vigilant. Bises à tous les deux!!! Fuerzas y ánimos para seguir construyendo! Los quiero mucho!!

On aurait aussi, moi et Monsieur S., bien voulu claquer des doigts et se télétransporter vers Grenoble pour accompagner des personnes qui nous sont chères, les embrasser et leur dire qu'on les soutient malgré cette distance qui n'est pas toujours facile à gérer. Monsieur S. était tout particulièrement ému.

C'est dans tous ces évènements qui font à la vie de tous et de chacun que la distance se fait particulièrement sentir. Pas que les beaux mais aussi les durs aussi. C'est cela d'ailleurs qui nous a fait changer de continent. Pendant 4 ans et demi, j'ai appris (ou pas) à gérer la distance avec l'Argentine et maintenant c'est avec la France qu'il faut apprendre… C'est à travers les photos, les messages, les petits mails rapidement envoyés, les détails insignifiants que la distance se fait moins sentir. C'est un peu pour ça que j'écris ce blog. Pour essayer de raconter les broutilles et les petites anecdotes de notre vie afin d'être un peu plus près, un peu moins loin.

En ce qui concerne les enfants, que dire?

Petit Bonhomme raconte de plus en plus ces journées à la crèche. Il s'y plait et il a des copains. Une copine surtout. Sofi. Elle a un an de plus et c'est une vraie piplette! Sinon il a son meilleur copain qui s'appelle Constantino mais qu'ils appellent Coco. Sa "seño" (c'est comme cela qu'on appelle les maitresses qui vient de señorita qui veut dire mademoiselle) s'appelle Romina et il l'adore. Elle est gentille et tendre.

Il parle de plus en plus l'espagnol, il mélange de plus en plus les mots donc ces phrases sont un peu plus compliquées à comprendre mais sont très rigolotes. Il s'invente beaucoup d'histoires. Il aime créer des aventures. En ce moment, il se rappelle de sa sortie en bateau avec Tio Nico et il transforme le "capapé" (sa version de canapé) en un grand et énorme bateau. Il est le capitaine pendant qu'il donne des ordres à sa petite sœur, mousse en herbe, qui se trouve derrière lui.

Il a pris goût à un cahier d'exercice que Babou lui a offert et il sait déjà que son prénom commence par un E. Il arrive à retrouver les lettres. Avec ces grosses chaleurs, Petit Bonhomme a trouvé son jeu. Il prend le tuyau d'arrosage et passe l'après-midi à jouer avec l'eau. Il travaille pour Béla en arrosant les plantes selon lui et il nettoie la terrasse.

Les moustiques argentins paraissent affamés donc il a été littéralement dévoré. Pour ce faire et malgré des tonnes d'anti-moustiques, nous avons choisi de fabriquer des moustiquaires à placer au dessus des lits. ça va être plus efficace que se badigeonner de produits.

Mademoiselle E a 21 mois, c'est-à-dire 1 ans et 9 mois. Elle marche, elle rigole et elle a toutes ses dents (en fait, non! elle n'a pas encore ses canines mais les pointes sont apparues il y a quelques jours). Elle a toujours sa belle mais rebelle chevelure bouclée. De plus en plus bouclée, d'ailleurs. Je n'aurais jamais imaginé avoir une fille au cheveux si bouclés mais, vu les antécédents familiaux, des deux côtés, ce n'est pas illogique.

On commence à la connaître… je veux dire avec ça que connaître son enfant ce n'est pas automatique, ce n'est pas immédiat et en plus, ça change tous les jours. Mademoiselle E est très timide mais très câline. Elle ne s'ouvre pas dés le début comme Petit Bonhomme. Elle observe puis c'est plus tard qu'elle commence à sourire pour se fondre dans des câlins. Avec nous, les parents, elle fait savoir sa colère. Elle est capricieuse et veut tout ce que son frère a ou fait. Elle est en train d'apprendre ce qu'est la frustration. Elle ne la vit pas bien du tout. Cependant, si nous ne sommes pas là, les choses sont extrêmement faciles avec elle. Elle est gentille, souriante et câline. Avec les autres enfants, elle est encore et toujours très timide. Elle reste en retrait, elle sourit depuis son petit coin rassurant et elle "participe" lointainement. Elle ne se laisse pas faire pour autant et fait savoir qu'elle est là tout de même.

Elle ne parle pas beaucoup mais comme a dit mon oncle il y a quelques jours, elle se fait comprendre quasiment mieux que son grand-frère. Elle dit merci et s'il te plait. Et aussi, à sa manière très particulière "egue" qui veut dire de l'eau. Elle adore les pâtes et pas trop la viande. La purée de pommes de terre est dévorée mais la salade de pommes de terre est rejetée. C'est la même chose mais c'est pas pareil !!!

Elle nous refait de la toux pendant la nuit donc on va la faire voir par un spécialiste. C'est un pédiatre allergologue mais c'est vrai que c'est pénible ces rhinites à foison qui empirent la nuit. Rien de bien méchant et assez courant chez les jeunes enfants mais c'est nos nuits et les siennes qui en pâtissent.

On verra bien…

Avec ces quelques nouvelles, on en demande encore et toujours. N'ayez pas peur de nous faire parvenir des photos et de nous raconter vos "misères et victoires". On vous embrasse.

PS Manou, tu nous manques!!!

Lire la suite

Photos et dernières anecdotes

7 Novembre 2012, 04:03am

Publié par Nous en Argentine

Salut à tous!! Nous sommes mercredi. Il est très tôt en Argentine (ou très tard). Comme très souvent, je me réveille et impossible de me rendormir. J'en profite donc pour actualiser ce carnet de bord cybernétique qui nous lie à la France.

Mademoiselle E. est encore malade. Les quintes de toux sont au rendez-vous (comme d'hab'!), laryngite puis tous grasse qui se transforme en otite qui après coups, devient gorge inflammée et ainsi de suite... (ainsi va la vie?)

Dans cette galère des voies respiratoires de notre fille, nous en avons vu des pédiatres! (je vous dois encore et toujours un billet sur la medecine que nous avons expérimenté qui ne saura pas tardé). 4 pédiatres différents car, à chaque fois, on va a la garde (urgences?) et c'est donc un médecin différent. Cette dernière fois nous avons fait connaissance de la pédiatre qui va suivre nos bambins. Il faut un médecin qui les suivent pour ainsi mieux les connaître et donc, mieux prendre en charge leurs "bobos".

Demain, nous avons encore un contrôle. On verra bien ce qu'elle en dit mais il y a, très probablement, un cadre allergique qui s'accentue avec l'environnement de Cordoba. On espère que ce n'est pas une allergie aux acariens parce que cela signifie la galère...

Changeons de sujet. Petit Bonhomme. Lui, il va bien. Toussote mais rien de méchant. Ce qui est vraiment mignon c'est son passage vers l'espagnol qui chamboule. Hier soir, au dîner, nous avions du "Dulce de Batata" (Confiture de Patate Douce = dessert plus que traditionnel en Argentine) et Petit Bonhomme a formulé une phrase peu compréhensible dans un fransugnol bizarre que je n'arrivais pas à dechiffrer. Le mot de la discorde était "compartir" que j'entendais comme partir et je ne voyais pas le lien d'un possible départ avec le dessert à la patate douce. C'est Monsieur S. qui a réussi à dechiffrer la phrase qui demandait de "partager" un morceau de dulce de batata. (pour comprendre: compartir est le verbe en espagnol pour partager)

Changeons à nouveau de sujet. Monsieur S. Lui ça va aussi même s'il a un peu de toux également et un mal de gorge persistant (maudite clim'). Les choses avancent bien. Il a repris des contacts et ça va bouger. Ce mardi a été un bon jour! Malheureusement, en ce qui concerne notre recherche de boulots, nos temps ne sont pas les mêmes que celui des autres ni celui de l'Argentine. Il faut savoir être pacient et ne pas céder à l'anxiété. Cependant, ça promet! Je donnerai plus d'infos le moment venu...

En ce qui me concerne, ce n'est pas encore le rush mais j'ai des idées dans la tête (ça bouillonne!). Il faut que j'arrive à les mettre en forme. Par ailleurs, je continue à me mettre dans tous les congrés, séminaires et autres activités pour connaître du monde, pour recréer un réseau. D'ailleurs, ce jeudi, j'en ai un autre...

J'ai fait des photos ces derniers jours donc je vous les transmets... On vous embrasse!

Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes
Photos et dernières anecdotes

Lire la suite

Bienvenue Novembre

2 Novembre 2012, 12:30pm

Publié par Nous en Argentine

Bienvenue Novembre

Bienvenue novembre...

Nous voilà en Novembre, onzième mois de l'année 2012... Je vais essayer de faire plus court dans mes prochains billets car il est vrai que j'écris un peu trop long (quoique c'est mon style, celui de toujours mais je vais faire un effort ;p).

Avant de commencer ou de continuer, je veux spécialement dédier ce post pour féliciter F.R. pour toutes ses victoires obtenues, superbement méritées. Tu seras une tendre infirmière puéricultrice, passionnée et aguerrie. On te le souhaite et on sera à tes côtés comme tu l'es pour nous. Toi et tes parents sont des personnes très chères à nos yeux. On t'adore!!

Bon, après ce petit intermède, que dire? Mademoiselle E. a eu droit à nouveau à des antibiotiques. Sa toux n'avait pas bien guérie au début donc le docteur a changé de drogue et ça va beaucoup mieux (je ferai un post sur la médecine argentine car c'est très différent de nos expériences françaises). Demain on a justement un contrôle.

Petit Bonhomme va bien. Il commence vraiment à parloter l'espagnol. Il a des mots français "espagnolisés". Par exemple "chevala" ou "portaya" (de portail). Il doit croire que ce n'est qu'en rajoutant un A qu'on obtient le mot espagnol. Toutefois aujourd'hui il a demandé quelque chose avec les bons mots cad "me lo prestas?". C'est rigolo et beau à entendre...

À la crèche, tout va bien. Petit Bonhomme a une copine Sofi et ils vont faire les photos de classe la semaine prochaine. Pour Mademoiselle E, aussi, tout va bien. Comme je suis très amie avec la Directrice/propriétaire, il paraît qu'ils ont droits à des câlins extras :p

En ce qui concerne des questions bien moins agréables, la voisine a fait, il y a quelques jours des réclamations sur les travaux entrepris. Pour ceux qui ne sont pas au courant ou ont oublié mes parents ont fait faire des agrandissements (surtout pour nous recevoir) dans leur maison. Dans cette discorde, quelques centimètres sont en jeu. Ma maman, grande diplomate a essayé d'arranger les choses mais la femme a, sans préambules, fait recours à la justice. Monsieur S. a beaucoup aidé mes parents et a pris les cotes afin de faire un plan propre et correct pour toute cette malencontreuse affaire. Monsieur S. est un grand pilier. Surtout qu'aujourd'hui la journée a été lourde en émotions pour ma maman. En effet, aujourd'hui, nous avons eu les derniers résultats médicaux de sa maladie. Franche amélioration du cadre selon les docteurs. Ma mère reprend le travail et la suite du traitement sera déterminée par l'oncologue de Buenos Aires. ça fait du bien d'entendre de bonnes nouvelles mais ce n'est pas fini, la guerre continue!

Pendant que les légumes cuisent au four, j'ecris sur ce blog afin de tenir au courant toutes les personnes que nous avons laissé là-bas de l'autre côté de l'océan et c'est, surtout pour moi, le moyen de vous faire partager notre vie, la plus quotidienne possible, celle que nous vivons. C'est un moyen de vous faire partager les minuscules détails de notre vie pour être moins seuls, pour accompagner… Je ne perds pas espoir que Monsieur S. écrive un jour mais je ne rêve pas trop non plus. Je crois que Petit Bonhomme sera le premier collaborateur de ce blog, lol… Enfin, aujourd'hui il fait chaud et beau et la vie en Argentine continue. Merci pour les nouvelles, on en voudrait toujours plus mais bon…

Un gros bisou spécial pour Adeline, Jean-No et Nolwenn et leur flambante acquisition (on vous écris bientôt c'est promis!), un énorme "beko" pour le prodige qui du haut de ses 1 ans doit émerveiller ses parents Perrine et Dany, une pensée spéciale à Anne-Marie H. pour lui dire que je lis son livre en ce moment et que je suis toujours aussi touchée de son affection. Hasta pronto!!!! A très bientôt!

Un petit partage musical... Faîtes de même!!! La bise!

Lire la suite

Semaine du 15 au 21/10

20 Octobre 2012, 07:13am

Publié par Nous en Argentine

Les jours sont plus agréables maintenant que l'hiver s'éloigne. Il fait encore froid le matin, même très frais. L'amplitude thermique est une particularité de Cordoba. Il fait 10° le matin pour en faire 30 l'après-midi… Pas facile pour le corps! Résultats: Mademoiselle E a frôlé la bronchite, après c'est moi qui suit passé par la case angine et Monsieur S me suit au pas car ça y est, les plaques blanches ont poussées dans sa gorge donc ce matin, samedi 20 octobre, nous allons voir le medecin qui va lui administrer de l'amoxicilline ou un équivalent à prendre deux fois par jours pendant une bonne semaine.

Que s'est-il passé cette semaine? Pas évident de s'en souvenir mais je vais faire un effort… Esteban a eu sa première sortie scolaire jeudi. Ils sont allés visiter une ferme en bus scolaire, vêtus de leur uniforme vert et orange. Emilia n'y est pas allée car il fallait qu'un adulte accompagne et j'avais beaucoup de choses à faire (les démarches administratives continuent…).

Le jour d'avant, mercredi, en allant acheter les derniers éléments pour les gouttières de la maison, pendant une discussion houleuse (tendrement, gentiment mais passionnément) entre moi et Monsieur S. il a eu la malencontreuse idée de continuer tout droit dans sa marche quand je me suis apprêtée à tourner ce qui a produit un choc frontal et douloureux de mes orteils sur la grosse pointure 46 de Monsieur S. La douleur a été épouvantable et j'ai réussi à retenir mes larmes par un miracle inouï. Je ne me suis rien cassé mais l'hématome est bien présent, ainsi que le gonflement et la douleur.

Malgré ma démarche boiteuse donc ridicule, je marche tout aussi bien et Monsieur S a tout de même terminé l'installation des gouttières qui ont permis, hier vendredi, à écouler l'eau de la pluie. Ce mois d'octobre, en ce qui concerne les précipitations, est comme je crois vous en avoir parlé auparavant inédit car cela faisait longtemps qu'il ne pleuvait pas autant. Ce sont les récoltes (et les agriculteurs) qui vont être contents.

Mardi ou mercredi, j'ai pris connaissance de plusieurs conférences, workshops et autres activités en relation avec le design et le marketing. Donc je me suis inscrite sans hésiter car, en plus, elles sont gratuites et me permettront de voir de plus près les nouveautés, les débats actuels et les regards locaux sur des sujets qui changent à grande vitesse. Je suis déjà inscrite pour 3 jours de conférences la semaine prochaine. ça fait toujours plaisir de voir ses neurones se remettre en mouvement…

En ce qui concerne la recherche d'emploi de Monsieur S. il n'y a encore rien de concret. Les temps argentins ne sont pas toujours ceux que nous voudrions mais, de toutes les manières, les perspectives continuent positives. Monsieur S. a beaucoup de choses à voir et à comprendre. Ce n'est pas rien un tel changement de vie. Il change de pays, de langue, de rythmes, etc… il ne faut pas rentrer dans le tourbillon de l'anxiété. Bien sûr, c'est facile à dire…

Monsieur S. a tout de même eu un entretien hier, vendredi. On ne sait pas pourquoi mais beaucoup des entretiens se font par skype ou téléphone… vous souvenez-vous de nos commentaires sur skype dans un billet précédent? Pauvre Monsieur S. déjà qu'il stresse avec le vocabulaire castellano, en plus si on lui rajoute les aléas de la communication cybernétique… De toutes les manières, ça s'est bien passé. On verra bien, rien est fait… On vous tiendra au courant, bien sûr…

Ce weekend, on va essayé de pouvoir faire un tour sur la piste d'automodélisme pour que Monsieur S puisse se défouler un peu. Je prendrais des photos (il faut que je m'y mette aux phots, je sais!). Le club de modélisme n'a pas un très bon management ni organisation. Il faut qu'on arrive à deviner quand ils vont ouvrir la piste. Il leur faut une bonne dose de publicité afin d'attirer plus de monde… Je vais peut-être m'y mettre :p

Les adeptes qui ne sont pas très nombreux ni très constants dans leur pratique est un public très aisé donc il est assez intéressant de les côtoyer plus sérieusement afin de se faire un bon réseau d'amis et de connaissances. En plus, Monsieur S. s'est mis aux voitures 1/8è en plus de ses deux 1/5è qu'il avait déjà. On verra bien…

Sinon ce soir, on a une soirée entre potes qui débute avec un dîner puis peut-être une sortie "mouvementée" plus tard. Cependant, étant des parents de jeunes enfants qui se réveillent à l'aube ou presque, ce n'est jamais évident de se permettre ses sorties. On verra bien…

Dimanche prochain, c'est-à-dire demain 21 octobre, c'est un dimanche très spécial en Argentine car c'est la fête des Mères. Ici, ce n'est pas une date de plus. Elle est importante pour les familles qui se réunissent avec leurs mamans. Evidemment, mon frère (qui est un grand adepte des traditions familiales) fait le déplacement depuis Rio Cuarto où il vit pour voir la famille. On en profitera pour réunir les cousins! Il va falloir prévoir un repas spécial et je crois que ce sont les lasagnes qui vont gagner…

On vous tient au courant et on vous embrasse. A+

Lire la suite

Différences avec la France, il y en a pas mal…

20 Octobre 2012, 05:47am

Publié par Nous en Argentine

L'Argentine est à des milliers de kilomètres de la France. L'Argentine est au sud de l'Amérique du Sud. On parle espagnol et c'est un jeune pays de 40 millions d'habitants avec une superficie de quasiment cinq fois la France. Les argentins sont, pour généraliser, des gens affables, souriants, qui cherchent toujours une solution aux aléas socio-politico-économiques. Il faut dire que depuis les années 30, l'Argentine n'a cessé de subir des dictatures et notre crise économique actuelle n'est qu'une de plus parmi tant d'autres.

L'Argentine est un pays qui se construit petit à petit. Il est absolument impossible de le comparer avec la France car l'Argentine est un pays jeune qui a, à peine, un petit peu plus que 200 ans. Effectivement, c'est en 1810, que les locaux ont réussi à chasser les colonisateurs européens et c'est là que l'Argentine a commencé à se construire comme pays.

Tout cela pour dire que les choses ne sont pas parfaites, ce n'est pas un pays rangé, ce n'est pas un pays où les choses fonctionnent car pour cela il faut arriver à une maturité qui demande des années et pourquoi pas, des siècles. De plus, depuis 1983, l'Argentine réapprend la démocratie.

En ce qui concerne les différences, je me fais aider principalement par Monsieur S. mais mon regard, bien "françaisisé" après 4 ans et demi loin de l'Argentine me permet aussi de continuer à me surprendre…

Ce n'est qu'une liste non exhaustive des choses qui peuvent nous faire sourire ou des fois, moins mais ça peut être sympa de faire une comparaison. Je l'actualiserai au fur et à mesure. et bien sûr, ce n'est qu'un regard simplifié d'un pays pleins de nuances, contradictions, maladresses et beautés.

- On vend sa voiture? Sur ebay? no! : quand un particulier met sa voiture en vente, il n'a qu'à mettre un petit bidon dessus pour signifier que ce véhicule est à vendre. Pourquoi? Je ne sais pas mais je vais me renseigner. Dès que j'aurais une photo, je la posterai également.

- Traction animale: il y en a pas mal des charrettes avec des chevaux qui chevauchent les rues de Cordoba. La plupart à la recherche de petits boulots ou de cartons jetés dans la rue qui pourraient se revendre plus tard. N'importe qui peut conduire ces "engins", même des enfants… Bien sûr ce sont des gens pauvres qui vivent dans les bidonvilles urbains et qui n'ont pas d'autres moyens de locomotions. L'animal est dans un sacré mauvais état, en général. Ca fait de la peine, beaucoup de peine. Comme dit Monsieur S. "ils pourraient au moins l'entretenir correctement vu que c'est leur gagne-pain". Trop vrai!

- A la queue, à la queue-leu-leu! : l'argentin moyen passe des heures dans une file d'attente. Faire la queue, c'est son dada, paraît-il. Je ne sais pas trop pourquoi mais même si les choses s'améliorent, faire la queue est monnaie courante en Argentine. On fait des démarches à la Mairie, il faut faire la queue. Il faut payer les impôts à la Banque, il faut faire la queue. On attend le bus en faisant la queue. Pour acheter un truc au magasin du coin aussi les gens, spontanément, se rangent en file indienne. Même quand on a un numéro assigné et des sièges disponibles, les gens font la queue. Habitude, quand tu nous tiens…

- les magasins de proximité : malgré l'arrivée, relativement récente mais massive, des grandes surfaces, supermarchés et autres monstres de la grande distribution, en Argentine, le petit magasin près de chez soi persiste encore et toujours. Il livre une bataille acharnée où il ne gagne pas mais ne perd pas. On peut y acheter un peu de tout et n'importe quoi. On appelle ça ici une "despensa" =garde-manger (J'ai même trouvé le mot "dépense" en français avec le même sens, c'est rigolo!).

Par ailleurs, le hard-discount n'existe pas et ce n'est que très récemment que l'on peut trouver au supermarché d'autres produits qui ne soient pas de la nourriture. Avant (à mon époque :p) on ne trouvait pas de vêtements, ni d'huile pour la voiture et encore moins des jouets. Aujourd'hui, ce temps est révolu quoique c'est encore moins cher d'aller au magasin spécialisé que de faire ses emplettes en grandes surfaces.

- Grandes distances : l'Argentine est un très grand pays et les distances n'ont d'égale avec la France. Pour sortir de la province de Cordoba, il faut certaine fois, faire au minimum 400 km. La ville de Cordoba c'est pareil. Elle est très étendue. Elle a quasiment une trentaine de kilomètres de diamètre ce qui signifie que faire une soixantaine de bornes en une journée n'est pas rare.

- Les pharmacies: c'est en déambulant sur internet que je suis tombée sur un blog d'un jeune français à la découverte de Buenos Aires que j'ai pu apercevoir que la pharmacie argentine est une particularité surprenante aux yeux des français. Et oui, il y en a partout!! Deux pharmacies dans la même rue c'est courant. C'est dans ce magasin qui vend des médicaments comme il peut vendre des sucreries (et ce n'est pas ironique) que l'Argentin achète ses parfums et autres produits de beauté. Depuis une toute petite dizaine d'année, un nouveau concept de pharmacie est née. Celui de la grande surface du médicament. C'est un très grand magasin avec des rayons comme au supermarché où on peut s'approvisionner d'aspirines, antitussifs, vitamines, couches, parfums et crèmes de beauté mais aussi, aussi surprenant soit-il, des biscuits, de la yerba mate, des bombons, des dvd vierges, des stylos et autres bricoles que l'on peut avoir besoin quand on achète son antibiotique.

- L'hygiène: ahhh, nous voilà sur un sujet épineux… L'hygiène est un point névralgique de la vie de l'argentin moyen. C'est une de ses préoccupations majeures. Certes, il fait chaud en Argentine donc la transpiration est un sujet à ne pas négliger mais j'avais un peu oublié ce fanatisme. Le déodorant est quasi obligatoire dans les sacs, sacoches, sac à dos et autres besaces et il sera utilisé à tout moment pour ne pas obliger les voisins à subir les aléas de la sueur. Cette arme contre la sudation est complémentaire aux douches multiples journalières que prend un argentin. A chaque passage chez soi, quasiment une douche. Et la toilette du matin, c'est sacré.

J'avais oublié cette sensation jusqu'à il n'y a pas longtemps où j'ai repris le bus (tout un sujet que je parlerai plus tard). Je me suis assise et instantanément, je me suis dit "ah, ça sent bon…" et cela dans un bus!!

En parlant d'hygiène, les français ont très mauvaise réputation en Argentine. A ce sujet, je vous retranscris quelques lignes du blog que je vous mentionnais auparavant : "Vous pensez peut être que le Français a, a l’étranger, une image de séducteur, de (french) loveur, et qu’il peut draguer facilement ? Détrompez vous… la véritable image que l'on a ici des français… c'est qu’ils manquent d'hygiène. […] Et oui, parait-il que nous nous douchons très peu (pour cause de restriction d'eau soit disant, mais aussi parce que le gaz est cher en France). C est pourquoi, selon eux, la France produit d'excellents parfums permettant de dissimuler les odeurs !".

- Le bidet : élément central (je rigole! mais juste un peu) de la salle de bain. Ici, les toilettes sont dans la salle de bain ainsi que le bidet qui accompagne vaillamment le trône. Ce n'est pas pour se laver les pieds mais bien pour se nettoyer après ce qui doit être fait dans les toilettes. Il est vrai que le papier toilette est d'une horrible qualité. Voilà un truc qui me manque de la France! Qui l'aurait cru?? Les argentins ne conçoivent pas de toilettes sans cet appendice considéré magique à leur yeux. L'eau sort par un jet vertical qui a su asperger bon nombres d'usagers incultes dans le domaine du bidet argentin. On vous aura prévenu…

- Le foot : on est d'accord sur le fait que Maradona est le meilleur joueur du monde et qui maintenant est suivi par Messi, non?

L'argentine respire du foot et vit à travers le foot. Le jeu du ballon rond est au centre de tous les commentaires. Il faut connaître le foot, ses équipes et ses règles (attention mesdames!!). Le foot n'est pas qu'un spéctacle à regarder tous les dimanches à la télé sinon qu'en plus, il faut en faire. Des centaines de "canchas" (terrains de foot) pullulent dans la ville de Cordoba. En effet, entre potes, ils organisent des soirées foot. C'est leur détente hebdomadaire. Ils organisent des tournois et des rencontres plus ou moins amicales suivi de l'asado (qui ne peut que rarement manquer) pour se retrouver et se dépenser après le boulot. En général, après 9hs du soir et pas que le weekend, les terrains de foot s'illuminent et présente un spectacle sportif passionné. En face de chez mes parents, nous avons de grands terrains de foot et l'activité peut durer jusqu'à 3 heures du matin en été. Le dimanche nous avons droit aux tournois sérieusement organisé qui s'accompagne des supporters et des familles qui soutiennent leur équipe. C'est spécial…

- un yaourt, svp: le yaourt est une denrée de luxe. Malheureusement pour nous, fan de produits laitiers. En effet, le prix d'un yaourt, en moyenne, est de 0.75€.

Il faut se rappeler qu'il n'y a pas beaucoup d'années, le yaourt était un produit rare et prohibitif. Aujourd'hui, ce n'est pas encore gagné mais ça s'améliore. Le yaourt est vendu à l'unité ou presque. Les gros paquets de 16 ou plus que nous trouvons au Leclerc du coin, en France, n'existe évidemment pas. Cependant, depuis un ou deux ans, une marque propose 6 pots de yaourts. C'est énorme! Mais encore très cher car les 6 sont à 1.40€. Après, il ne faut pas demander un yaourt à la cerise ou à l'abricot. Non mais! Tout de même… Vous trouverez à la vanille et à la fraise, peut-être à la pêche et au dulce de leche mais faut pas trop demander.

- Construction: on a jamais ce que l'on veut quand on parle de construire une maison (sauf si on la fait soi-même, bien sûr). La construction est toujours sujet de problèmes, discordes et négociations. Que ce soit en France (n'est pas Jean-No et Adeline?), en Chine ou au Maroc. L'Argentine ne fait donc pas exception. Pour construire, il faut savoir et savoir galérer. Je n'ai jamais vu Monsieur S. aussi choqué par ce qu'il a vu durant ces semaines où nous cohabitons avec les travaux que mes parents ont entrepris chez eux.

La manière de travailler n'est évidemment pas la même, le rythme encore moins. Cependant, je ne pense pas entrer dans ce sujet complexe mais je vais me circonscrire qu'aux basiques techniques de construction. Monsieur S. ne pouvait pas en croire ses yeux quand il a vu la dalle des nouvelles pièces. On ne creuse ni de trou énorme, on ne fait pas de vide-sanitaire, sinon qu'une simple structure en brique est maintenue au sol, et on coule le ciment jusqu'à avoir une couche d'une petite vingtaine de centimètres. Je vous le dis maladroitement et avec l'ignorance qui me caractérise sur ce sujet, bien sûr et pardonnez-moi. Monsieur S. pensait que c'était un cas spécial mais en fait, après avoir fait des recherches, c'est la technique de construction d'ici. C'est évidemment beaucoup moins cher qu'en France.

Les toits sont réalisés, pour la plupart, à la manière italienne, c'est-à-dire, un toit plat fait avec une chape de béton armé, plus facile à faire et à entretenir (disent les locaux).

Voilà pour un premier post dédié aux différences entre la France et l'Argentine… Il y en a encore des tonnes donc je ne perds pas espoir de continuer à alimenter ce sujet…

Lire la suite

Communiquer avec l'Argentine...

13 Octobre 2012, 14:21pm

Publié par Nous en Argentine

Communiquer avec l'Argentine...

Bonjour, ce post est survenu sans programmation ni planification. Seulement d'une banale constatation qui fait que la plupart ai peur des appels internationaux... ce qui oblige (allez savoir pourquoi) quasiment à se pencher vers des appels skype ou autres services de communication par internet.

Nous habitons en Argentine. C'est vrai, c'est looooin de la France mais ce n'est pas la fin du monde... Il faut savoir que l'Argentine a les prix de communications les plus chères au monde (faudrait demander des explications à France Telecom et Telefonica d'Esagne) donc il n'est pas du tout évident pour nous d'appeler. Cependant, les choses ne sont pas juste car depuis la France, avec des forfaits adaptés, il est possible d'appeler l'Argentine de manière illimitée, gratuite, gratos, free!

Voilà donc quelques tips.

Vous avez Free et ben c'est tout compris. Vous n'avez qu'à lever votre téléphone, marquer notre numéro de téléphone et le tour est joué! Pareil avec SFR et même Numéricable!! C'est nouveau parce qu'auparavant ce n'était pas possible. Bouygues je ne sais pas , il faudrait demander. En ce qui concerne Orange, c'est un poil plus compliqué car c'est toujours compliqué avec Orange. Un nouveau forfait Orange vous permer, sans problèmes, d'appeler l'Argentine gratuitement. Le problème c'est quand on a un vieux forfait. Il faudra faire la demande de changement et normalement les avantages sont bien plus nombreux mais là c'est une question personnelle. Sinon à une époque, il était possible de solliciter l'option internationale et pour 7 euros de plus, l'Argentine était inlcuse pour papoter sans limites. Il faut donc se renseigner mais surtout en profiter!!!!!!

En ce qui concerne appeler un téléphone portable argentin depuis la France il y a une astuce il faut donc marquer le 00 (pour l'international), le 54 (code de l'Argentine), le 9 (pour montrer que c'est un portable), 351 (indicatif de la province que vous voulez joindre) et le numero de téléphone portable sans le 0. La question centrale pour joindre un portable c'est ce fameux 9 que personne ne connaît son existence!

Et en dernier lieu, l'autre inconvénient dans les communication France-Argentine est le décalage horaire entre ces deux pays. Quand vous dormez, nous on dîne, quand vous vous réveillez, nous on vient de se coucher, quand nous on sort de déjeuner, vous êtes en train de dîner. Donc évidemment pas facile de trouver des créneaux horaires.

Cependant, ce post n'est pas fait pour DECOURAGER sinon vous GUIDER afin d'avoir plus de nouvelles de votre côté!!!!

Un gros bisou et à bientôt!!

Lire la suite

1 2 3 > >>